La désinformation gagne du terrain

Imprimer

desinformation.jpgUne multitude de raisons explique que la désinformation gagne du terrain : une des causes principales est l'accès "non raisonné", sans recul, sans intermédiaire ou esprit critique aux réseaux de l'information grâce à Internet, aux smartphones, aux médias sociaux etc.  L'information est pléthorique, difficile à contrôler.

Les théories du complot induisent un doute permanent dans l'esprit de tout un chacun, les informations qui arrivent en flux continue sont souvent prises au premier degré, et le poids des images, de la vidéo est de plus en plus grand. Selon la manière dont elles sont prises, ou le contexte dans lequel elles sont mises, leur interprétation peut varier du tout au tout. Le débat public devient de plus en plus hystérique, car il n'y a plus de garde-fou, pourtant nécessaire dans toute société démocratique.

En réalité, le besoin d'intermédiaire, d'intermédiation n'a jamais été aussi grand : journaliste, éditeur, enseignant, bibliothécaire et documentaliste doivent reprendre leurs rôles.

Jean-Philippe Accart

Illustration: http://www.decryptnewsonline.com/ 

 

Commentaires

  • @Monsieur Accart ,merci d'autres pensent enfin comme nombre de non internautes

  • Excellent !
    Dans un premier temps les moteurs de recherche sont venus nous aider. Lorsqu'ils ont découvert le potentiel incommensurable de ces outils ils ont commencé à orienter les débats, indirectement mais sans subtilité.
    Ces postes que vous appelez de vos voeux doivent être repensés. Un journaliste aujourd'hui a perdu sa liberté d'expression et il n'attend que le moment où une machine va le remplacer. Un éditeur rame avec des blockbusters pour garder la tête hors de l'eau, un bibliothécaire est une relique ou un robot qui scanne des documents, un enseignant passe la moitié de son temps à se battre contre sa hiérarchie et les décisions politiques.
    Tout doit être réinventé. Je trouve ça plutôt enthousiasmant.

  • Et bravo pour votre respect des droits d'auteur sur la photo !
    Je n'ai pas ce sain réflexe qui sera bientôt une relique sociétale.

  • c'est impératif et non facultatif de prendre véritablement les responsabilités. le constat est flagrant.

Les commentaires sont fermés.