31/10/2016

La désobéissance numérique

510_harcourt_size1.jpgC’est au détour de Twitter que je suis tombé sur Bernard E. Harcourt et sur son dernier livre au titre à la fois attractif et un peu étrange - qui pourrait être le titre d’un film - Exposed. B. E. Harcourt a un parcours universitaire, il est juriste, professeur de droit à Columbia University à New York où il dirige le Center for Contemporary Critical Thought. Il est aussi directeur d'études à l'Ecole des hautes Etudes en Sciences Sociales.

Cet ouvrage, passionnant car il raconte notre histoire à l’heure du numérique, porte bien son titre : nous sommes tous exposés au sens où ce qui est important à l’heure actuelle est non pas notre être physique, mais notre identité numérique. Vision pessimiste du monde contemporain ou vision réaliste ? Les nouveaux modèles qui nous sont proposés le sont à partir du big data avec l’analyse des données numériques que nous produisons quotidiennement sans même nous en rendre compte : prévoir nos désirs, nos achats, nos envies, nos déplacements tel est l’objectif. 

Comment résister (Disobedience) ? C’est la vraie question. Tout rejeter en bloc ? Débrancher, se déconnecter ? De plus en plus d’individus s’essaient à cet exercice, afin de ne plus succomber à ces addictions. Mais est-ce bien réaliste ? Cela revient à refuser aussi la vie actuelle, les liens tissés et entretenus au travers des réseaux sociaux par exemple, que ces liens soient simplement sociaux ou utilement professionnels

Le grand mérite de cet ouvrage est de nous mettre en garde contre ces addictions plus ou moins grandes auxquelles nous succombons à notre corps défendant parfois. Le simple fait de lire cet ouvrage nous fait prendre conscience de cette réalité, pour notre plus grand bénéfice.

 Jean-Philippe Accart

Lire la version longue de ce texte

 

 

16/10/2016

L'émotion, nouvelle donne du management

greuze.jpgLes entreprises et le monde du management en général intègrent dorénavant une nouvelle donne dans leur stratégie : l'émotion. Cette stratégie découle - en partie - du succès des réseaux sociaux qui jouent essentiellement sur l'émotion des internautes qui vont émettre des avis sous forme de "like" en visionnant une vidéo, une image ou en lisant une information. Les fameuses émoticones ou emoji (sujet d'un précédent billet) se développent et sont de plus en plus populaires, jusqu'à ne faire part de ses émotions qu'avec ce type de langage.

Cette stratégie de l'émotion s'applique à plusieurs niveaux dans les entreprises et les organisations en général: les clients bien sûr sont les premiers visés (un produit doit donner une émotion au potentiel acheteur), mais aussi aux employés eux-mêmes. Elle s'applique aussi en politique suite à des événements tragiques dont les hommes politiques tirent profit en s'appuyant sur l'aspect émotionnel.

Le management par l'émotion est maintenant étudié à l'université et de nombreux écrits sont produits sur ce sujet.

Jean-Philippe Accart

Note : sur l'aspect politique, voir cet excellent article du Monde diplomatique par Anne-Cécile Robert dont l'illustration de ce billet est tirée

Ill. : Jean-Baptiste Greuze. – « Une jeune fille, qui pleure son oiseau mort », 1765 - Bridgeman Images - Scottish National Gallery, Edinburgh

12:02 Publié dans Emotion, Humeur, Management, Réseaux sociaux | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | | |  Facebook

07/10/2016

Code Voynich : le plus mystérieux des manuscrits va-t-il (enfin) livrer ses secrets ?

voynich.jpgEn 2017, la maison d'édition espagnole Siloe à Burgos sera le premier éditeur à publier l'un des manuscrits les plus mystérieux de tous les temps, le célèbre Code Voynich (du nom de son découvreur en 1912 en Italie, l'antiquaire Wilfrid Voynich). Il sera diffusé à 1 000 exemplaires et chaque reproduction vendue entre 7.000 et 8.000 euros. Près de 300 acheteurs ont déjà réservé un exemplaire.

Enigmatique comme une intrigue d'un roman d'Umberto Eco, ce manuscrit médiéval n'a jamais pu être déchiffré, même par les plus grands cryptographes. Il mélange des mots, des images, des plantes, des animaux. Attribué à Leonard de Vinci, (mais la datation au carbone 14 du vélin montre qu’il a été fabriqué entre 1404 et 1438), il est la propriété de la bibliothèque Beinecke, de l'université Yale aux Etats-Unis, une des plus riches bibliothèques patrimoniales du monde. 

18 mois vont être nécessaires pour fabriquer le premier fac-similé de ce manuscrit de 200 pages, guère plus grand qu'un livre de poche. Le processus a débuté en avril dernier. Le papier utilisé par Siloe a été traité d'une façon particulière pour ressembler au vélin d'origine. La diffusion à une plus grande échelle de ce manuscrit permettra peut-être de le déchiffrer ?

Jean-Philippe Accart

Ill. et pour en savoir plus, suivre ce lien

13:08 Publié dans Accès à l'information, Archives, Bibliothèque, Ecriture, Faune, Flore, Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | | |  Facebook