Ecriture

  • Etes-vous "Brut" ?

    Imprimer

    brut.pngLa question est peut-être brut...ale, mais si vous avez plus de 35 ans, n'êtes pas sur les réseaux sociaux, vous avez peu de chance d'en avoir entendu parler. Il s'agit en réalité d'un nouveau support d'information - un nouveau média - créé par des journalistes télé (parmi lesquels d'anciens de Canal+) qui est 100% vidéo et 100% réseaux sociaux (donc pas de papier, pas d'édition numérique). Concrètement cela donne quoi ? L'information - quelle qu'elle soit - est traitée dans une vidéo très courte de quelques minutes et traite indifféremment de politique, d'une catastrophe, d'une guerre ou de la vie d'une star de l'écran.

    La rédaction de Brut est entre Paris et New York, il y a maintenant un Brut America, un Brut India, un Brut UK, un Brut Mexico. Au quotidien, une vingtaine de vidéos sont réalisées et diffusées sur Facebook, Youtube, Instagram, Twitter, Snapchat... Brut se rémunère en produisant des films publicitaires.

    L'époque de l'instantanéité, du tout tout de suite, du format court est donc à son apogée : on peut le regretter et préférer la lenteur, la lecture d'un journal papier ou l'écoute du Journal télévisé de Darius Rochebin... On peut aussi poser la question de la prise de recul par rapport à un événement filmé en direct, et du métier de journaliste lui-même. Il n'en reste pas moins que Brut existe bel et bien, et rencontre un certain succès.

    Jean-Philippe Accart

  • Du voyage en ballon au drone : la Suisse vue du ciel

    Imprimer

    Lagginhorn_Eduard_Spelterini.jpgLa Bibliothèque nationale suisse (BN) à Berne possède des collections variées et sur tous types de supports concernant la Suisse (son mandat étant de collecter tout ce qui concerne la Suisse, même ce qui est publié sur la Suisse à l'étranger) : livres, journaux, revues, sites web, cartes et atlas, écrits académiques et de sociétés, publications officielles et documents musicaux.

    Ce qui nous occupe aujourd'hui sont ses collections photographiques que la BN met en valeur au travers d'expositions. "Vu du ciel" ("Von Oben"), la dernière en date visible jusqu'au 28 juin prochain, permet de mettre en valeur les travaux d'Eduard Spelterini, alias Eduard Schweizer (1852-1931) qui fut un des plus célèbres pionniers de la photographie aérienne au monde. 

    Pour raconter l’histoire de la photographie aérienne en Suisse, l’exposition prend comme point de départ les clichés d’Eduard Spelterini, des images conservées par le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale suisse. Puis viennent les photos faites par avion, par satellite et enfin par des drones. Une exposition virtuelle permet de mieux s'en rendre compte. Des visites sont organisées sur place

    Jean-Philippe Accart

    Illustration : photographie du Lagginhorn par Eduard Spelterini

  • 200 ans de littérature pour enfants et jeunes adultes : 6 000 ouvrages numérisés

    Imprimer

    Au travers de la numérisation de 6 000 ouvrages pour jeunes adultes sur une période de 200 ans (principalement de livres en anglais), nous pouvons apprendre beaucoup. Plusieurs genres ont prospéré : l’instruction religieuse, mais aussi des livres de langue et d’orthographe, des contes de fées, des codes de conduite, et, surtout, des livres d'aventure comme ceux de Jules Verne. Ces livres offrent une vue (très colonialiste) du vaste monde. Ils sont souvent publiés en série dans les journaux à partir des années 1890, et mêlent fiction, voyage, histoire naturelle et sciences.

    Mais d'autres genres prospèrent qui rencontrent un grand succès : la poésie avec Elfin Rhymes de Norman ou le fantastique avec le Magicien d'Oz de Frank L. Baum et le non moins célèbre Peter Pan de J. M. Barrie. Ils préfigurent la série des Harry Potter et bien d'autres encore.

    L'étude des 200 prochaines années de ce type de littérature sera certainement tout aussi passionnante.

    Jean-Philippe Accart

    Pour en savoir plus, suivre ce lien

  • Le Musée Voltaire à Genève vous accueille pour une "Nuit des Délices"

    Imprimer

    la_famille_du_duc_de_penthieevr121415.jpgPour celles et ceux qui ne connaissent pas - encore - ce musée dédié aux Lumières et sis en plein Genève, cette "Nuit des Délices" peut être l'occasion de le découvrir. Elle aura lieu le 5 février prochain à 18.30, et sera l'occasion de recréer l'ambiance d'un salon littéraire tel qu'il pouvait exister au 18è siècle...

    Deux récitants, Rose Marie Fuchs-Nicolas et Louis Martinet, prendront les rôles respectifs de Madame du Deffand et de Voltaire et liront des morceaux choisis de leur correspondance assidue qui dura plus de vingt-cinq ans.

    D'après les organisateurs de cette soirée, ces échanges épistolaires sont à la fois "éblouissants, élégants et facétieux". L'esprit du Siècle des Lumières sera bien présent le 5 février.

    Jean-Philippe Accart

    Entrée libre, mais places limitées. S'inscrire par mail à  communication.bge@ville-ge.ch

    Le Musée Voltaire fait partie de la Bibliothèque de Genève

    Ill. fr.muzeo.com

     

     

     

  • Nicolas Bouvier, l'écrivain photographe et iconographe

    Imprimer

    bouvier-28651324.jpgL'automne genevois nous a régalé d'un choix d'illustrations du fonds iconographique de Nicolas Bouvier, invitant ainsi à une promenade non pas littéraire mais artistique dans les rues de la ville.

    La Bibliothèque de Genève prolonge cette promenade par une exposition des propres photographies de l'auteur prises au cours d'un de ses voyages mythiques en 1953, à travers l'ex Yougoslavie, la Turquie, l'Iran, le Pakistan, avec son ami, peintre, Thierry Vernet. Le résultat de ce voyage est le non moins mythique ouvrage "L'usage du monde".

    La littérature, la photographie, le dessin ou le cinéma sont des arts à la puissance évocatrice, qui ont le pouvoir de nous transporter dans un ailleurs, ou hors du temps. Les photographies de Nicolas Bouvier ont cette force-là, et on ne saurait trop recommander d'aller les contempler jusqu'au 2 février 2019... et de relire "L'Usage du monde" !

    Jean-Philippe Accart

    Voir aussi le site "Le voyage en images"

    Ill. extraite du site Swissinfo.ch : Nicolas Bouvier et Thierry Vernet

    Interview de Nicolas Bouvier à la RTS à propos de "L'Usage du monde"

  • Le livre a-t-il un avenir... numérique ?

    Imprimer

    biblio_numerique_image-1269530748.jpgIl y a une dizaine d'années, la mort du livre papier est annoncée au profit du livre numérique : les liseuses rencontrent le succès et Google se lance dans la numérisation de livres à grande échelle. Les différents intermédiaires de la chaîne du livre (éditeurs, libraires, bibliothécaires notamment) n'ont plus qu'à chercher un autre emploi.

    En 2018, rien de ce qui était annoncé n'a eu lieu, ou en tous les cas, pas avec l'ampleur prévue. Si le livre numérique (e-book) prend une certaine part de marché, le livre physique en conserve une très large majorité (95 %, en volume comme en chiffre d’affaires selon une étude GfK pour l'édition francophone). C'est ce que constate également les principaux éditeurs américains tels Macmillan, Simon & Schuster ou Penguin Random House. Amazon ouvre même des librairies aux Etats-Unis. De nouvelles librairies privées s'ouvrent à Paris ou en province. Les bibliothèques n'ont pas fermé leurs portes, de nouvelles sont construites de par le monde.

    A quoi cela est-il dû ? De nombreuses raisons peuvent être avancées, mais d'après Anne Mangen, chercheuse au Centre sur la lecture de l'université de Stavanger en Norvège, qui a réalisé plusieurs enquêtes comparatives entre lecture sur papier et lecture sur liseuses, "la lecture sur papier est plus empathique, et permet une meilleure immersion dans la narration". De plus "les étudiants qui lisent des textes imprimés obtiennent de meilleurs résultats".

    Jean-Philippe Accart

    voir aussi l'article paru dans Le Monde du 28 septembre 2018 : "Gutenberg vit encore"

    illustration extraite du site "Du temps pour le livre numérique"

  • Les tablettes ne sont pas que numériques : une découverte sur des tablettes d'argile du IIIè siècle

    Imprimer

    greece.jpgLe terme "tablette" désigne généralement un écran tactile en vue de lire une information, consulter un moteur de recherche, prendre des photographies, lire un article. Mais c'est aussi un support pour l'écriture ancienne, grecque notamment. Un texte d'Homère (des vers pour être plus précis) a ainsi été découvert sur une tablette faite en argile datant du IIIè siècle après J.-C. lors de fouilles archéologiques dans le Péloponèse, autour du Temple de Zeus, lieu des premiers Jeux olympiques. L’extrait est tiré du chant 14, décrivant le retour d’Ulysse sur son île d’Ithaque et sa rencontre avec son porcher, Eumaios, qui le croit mort.

    Il existe, dans toutes les cultures du monde, des textes inscrits sur de la pierre : c'était un des moyens de transmettre le savoir. Il y eu aussi l'utilisation du papyrus en Egypte ancienne, et toutes sortes d'autres matériaux, avant la découverte du papier et de l'imprimerie. Cependant, il n'est pas sûr qu'une tablette numérique dans 2000 ans puisse livrer ses secrets comme une tablette en argile.

    Jean-Philippe Accart

    Illustration Keystone/EPA Ministry of Culture Greece

  • Le 4è, un nouvel espace numérique à Genève

    Imprimer

    untitled.pngLes bibliothèques municipales de le Ville de Genève viennent d'annoncer l'ouverture de l'Espace Le 4è à la Bibliothèque de la Cité. Une expérience semblable (mais moins développée dans l'offre) avait eu lieu lors de travaux entrepris dans cette même bibliothèque il y a quelques années.
     
    Ce nouvel espace prometteur sera entièrement dédié au numérique et aux nouvelles technologies, mais il se veut également un lieu de réflexion, de découverte et d'apprentissage autour des nouvelles pratiques numériques. Enfin, devrait-on dire...
     
    L'aspect bibliothèque et accès aux ressources n'est pas oublié avec l'offre de milliers de journaux et de magazines en ligne, de jeux vidéo (on pourra les emprunter), l'apprentissage de la vie numérique soit d'un point de vue technique (apprendre à utiliser sa liseuse), soit afin de mieux protéger sa vie privée sur les réseaux sociaux. On pourra aussi programmer un robot, trouver de l’information fiable sur internet, faire des démarches administratives en ligne, rédiger un article sur Wikipédia ou encore créer une BD numérique.
     
    Evidemment, on ne peut que se féliciter d'une telle réalisation en ville de Genève.  

    Journée portes ouvertes le samedi 10 mars 2018 de 10h00 à 18h00
     
    Jean-Philippe Accart

  • Le médiateur numérique, nouveau passeur d'information

    Imprimer

    bookalibrarian.jpgDans ce blog, il est souvent question des différents dispositifs mis en place pour assurer la transition numérique : des outils, des techniques, des découvertes. Portails d'information, sites web, bibliothèques numériques, intelligence artificielle, moteurs de recherche sont autant de moyens pour s'approprier le monde numérique. Une des conséquences de cette transition est la remise en question de certains métiers, passeurs traditionnels d'information, notamment les journalistes, les éditeurs, les imprimeurs, les bibliothécaires, tous ces métiers qui gravitent autour du livre et de l'imprimé.

    Ce qui est flagrant, c'est la transformation en cours de ces métiers qui deviennent tous, peu ou prou, des "médiateurs numériques" dans le sens où ils assurent un passage entre deux mondes qui cohabitent et se rejoignent parfois.

    Une conférence sur ce thème est organisée le 15 novembre prochain à l'Université de Genève (Unimail, salle 2220 - 12h15) par l'Association genevoise des bibliothécaires diplômés en information documentaire (AGBD), et j'aurai le plaisir de présenter mon dernier livre "La médiation à l'heure du numérique" (Editions du Cercle de la Librairie). L'entrée est libre.

    Jean-Philippe Accart

    Ill. extraite de ce site

  • L'éducation aux médias passe par la voie numérique

    Imprimer

    educpop-big.jpgLa technologie numérique a ses bons et ses mauvais côtés. Dans le domaine de la presse, les effets peuvent être dévastateurs et entraîner la disparition de journaux et magazines pourtant appréciés du public, mais plus assez rentables aux yeux des groupes qui les détiennent. L'exemple suisse le plus récent est celui du magazine L''Hebdo disparu il y a peu. Les journalistes et les collaborateurs du journal touchés de plein fouet, à l'instar d'autres professions, se (re)convertissent et trouvent d'autres voies. Et celle qui justement les met en danger, la voie numérique, offre des opportunités que certains comme l'organe de presse en ligne payant "Médiapart" ont su saisir avec bonheur et succès.

    Les médiateurs d'information que sont les journalistes ont un rôle majeur à jouer, à l'heure des fausses informations, ou erronées, des théories du complot, de la fraude et plagiat qui se développent à l'envie sur Internet. Avec tous les dangers que l'on sait. Jean-Claude Domenjoz, ancien collaborateur et blogger à L'Hebdo, enseignant et formateur, a continué son chemin sur Internet avec son blog L'Education aux médias et à l'information que l'on ne saurait trop conseiller de suivre. Il est à la fois pédagogique, didactique et en plein dans l'actualité. Le dernier article publié détaille les impacts des algorithmes qui "façonnent notre vision du monde". Et les solutions proposées sont dignes d'intérêt.

    Jean-Philippe Accart

    Ill. extraite du site (suivre ce lien)

     

     

     

  • Madame de Staël entre dans La Pléiade

    Imprimer

    stael.jpg2017 est l'année du bicentenaire de la mort de Germaine de Staël, et cet événement est célébré à la fois en France et en Suisse. Très célèbre dans toute l'Europe à son époque pour défendre le rôle et la condition des femmes dans la société, elle est née à Paris en 1766 d'un père genevois, Jacques Necker (alors ministre des Finances de Louis XVI) et d’une mère vaudoise, Suzanne Curchod qui tenait un salon littéraire à Paris et recevait Diderot. Baignée par l'esprit des Lumières, elle écrit de nombreux ouvrages, essais et romans : De l'Allemagne ; Delphine ; De la littérature ; Corinne ou l'Italie...

    Peu appréciée par Napoléon (et réciproquement), elle se réfugie alors au Château de Coppet qu'elle hérite de son père et continue à écrire. Esprit libre, moderne et sensible, elle est une des rares femmes à entrer dans La Pléiade.

    Cet anniversaire est l'occasion d'un certain nombre de manifestations à Coppet, à Paris. Mme de Staël sera notamment interprétée par l'actrice Brigitte Fossey, au cours d'une pièce de théâtre retraçant sa confrontation avec Napoléon.

    Jean-Philippe Accart

    Madame de Staël, Œuvres, édition de Catriona Seth avec la collaboration de Valérie Cossy
    Parution le 20 Avril 2017
    Bibliothèque de la Pléiade, n° 621

    Bicentenaire Mme de Staël, Château de Coppet et Paris, d’avril à juillet. www.festivaldestael.ch 

  • L'EPFZ et le storytelling avec Explora

    Imprimer

    illustration_reinette-1600x4800.jpgVous connaissez le storytelling ou communication narrative ? "Le storytelling est littéralement le fait de raconter une histoire à des fins de communication. Dans un contexte marketing, le storytelling est le plus souvent le fait d’utiliser le récit dans la communication publicitaire". * La technique du storytelling doit normalement permettre de capter l’attention et de susciter l’émotion.

    La bibliothèque de l'EPFZ (Ecole polytechnique fédérale de Zürich- ETH) vient de lancer sa plateforme de storytelling Explora (en anglais et en allemand). La particularité à souligner de cette plateforme est qu'elle permet d'utiliser les collections graphiques de la bibliothèque et de créer des histoires à partir de celles-ci: les premières histoires reprennent par exemple les collections imprimées concernant la faune et la flore avec de magnifiques illustrations ; ou illustrent des évolutions technologiques comme les capacités de stockage de l'information. La prochaine histoire prévue pour juin décrira le pouvoir du marbre dans l'architecture. Il est possible d'obtenir plus d'informations en contactant l'EPFZ.

    Jean-Philippe Accart

    * Définition "L'Encyclopédie illustrée du marketing" - Egalement : "Comment BOOSTER votre chiffre d’affaire grâce au Storytelling : Le guide complet" par alexandrenhd

    Illustration provenant des collections de la bibliothèque EPFZ "Reinette Baumann"

  • Webstory.ch : lire, écrire et publier des textes en ligne

    Imprimer

    logo.pngNous avons tous une ou des histoire(s) à raconter: celle inspirée par nos parents, nos grands-parents, ou nos enfants ; nos voyages sont aussi une belle source d'inspiration (on ne compte plus le nombre de blogs éphémères) ; certains écrivent leur quotidien au fil d'un journal en ligne... Bref, en parallèle à la photographie personnelle qui s'expose de plus en plus sur les comptes Instagram, l'écriture en ligne (ou l'écriture sur le web), a peut-être de beaux jours devant elle.

    C'est certainement ce qui a motivé Helena Zanelli, fondatrice du site webstory.ch, initiative prometteuse et originale. Il s'agit d'une plateforme d'écriture, qui permet à la fois d'écrire et de publier, mais aussi de lire de nouveaux textes, sur son mobile par exemple. Avec Internet, les textes courts sont privilégiés et s'adaptent complètement à ce média. Webstory.ch permet d'être webreader, webwriter, ou les deux à la fois. Plusieurs possibilités d'abonnements sont proposées et vont être développées. 

    Non contente d'offrir cette plateforme, la créatrice lance depuis 2012 un concours annuel d'écriture avec des thématiques différentes (en 2016, le polar) sous la houlette d'un jury. Le concours 2017 devrait être annoncé prochainement.

    Jean-Philippe Accart

  • Code Voynich : le plus mystérieux des manuscrits va-t-il (enfin) livrer ses secrets ?

    Imprimer

    voynich.jpgEn 2017, la maison d'édition espagnole Siloe à Burgos sera le premier éditeur à publier l'un des manuscrits les plus mystérieux de tous les temps, le célèbre Code Voynich (du nom de son découvreur en 1912 en Italie, l'antiquaire Wilfrid Voynich). Il sera diffusé à 1 000 exemplaires et chaque reproduction vendue entre 7.000 et 8.000 euros. Près de 300 acheteurs ont déjà réservé un exemplaire.

    Enigmatique comme une intrigue d'un roman d'Umberto Eco, ce manuscrit médiéval n'a jamais pu être déchiffré, même par les plus grands cryptographes. Il mélange des mots, des images, des plantes, des animaux. Attribué à Leonard de Vinci, (mais la datation au carbone 14 du vélin montre qu’il a été fabriqué entre 1404 et 1438), il est la propriété de la bibliothèque Beinecke, de l'université Yale aux Etats-Unis, une des plus riches bibliothèques patrimoniales du monde. 

    18 mois vont être nécessaires pour fabriquer le premier fac-similé de ce manuscrit de 200 pages, guère plus grand qu'un livre de poche. Le processus a débuté en avril dernier. Le papier utilisé par Siloe a été traité d'une façon particulière pour ressembler au vélin d'origine. La diffusion à une plus grande échelle de ce manuscrit permettra peut-être de le déchiffrer ?

    Jean-Philippe Accart

    Ill. et pour en savoir plus, suivre ce lien

  • Mieux comprendre ce qu'est l'information avec Info Track de l'Université de Genève

    Imprimer

    logoInfoTrack.pngLes bibliothécaires de l'Université de Genève se soucient de leurs étudiants et de leurs professeurs. Ils mettent à disposition une formation en ligne, Info Track, leur permettant de mieux gérer l'information, de l'évaluer, tout en sensibilisant au phénomène grandissant du plagiat.

    Il s'agit de plusieurs modules indépendants (Comment trouver ; Plan de recherche documentaire ; Trier ; Plagiat ; Rédaction et communication), s'appuyant sur des vidéos courtes explicatives - et présentées avec humour - , une rubrique "A retenir" et un quizz.

    Aider les étudiants dans la réalisation de leurs travaux académiques est donc l'objectif principal de cette formation nouvelle manière en ligne qui va s'avérer certainement vite utile et indispensable.

    Jean-Philippe Accart

  • Les "perles du Bac" 2016

    Imprimer

    perles.jpgEvidemment nous sommes en Suisse, et a priori ce que répondent les lycéens (gymnasiens ici) au BAC français ne concernent que très peu de monde de ce côté de la frontière. Cependant, nous avons la langue française en commun, et son usage, la manière dont elle est comprise par la jeune génération est toujours délectable... C'est ainsi que depuis plusieurs années, récolte-t-on ce qui est devenu une sorte d'habitude bien française, les fameuses"perles du bac".  La livraison 2016 ne dérogent pas à la règle, et elles sont pour certaines savoureuses. En voici quelques-unes, choisies parmi quelques dizaines: 

    – J’admire l’œuvre des studios Disney, et particulièrement Picsou, qui, je pense, est une représentation métaphorique de l’âme des hommes.

    – Si les gens n’obéissent pas aux lois, cela deviendra l’anarchie et les hommes se mangeront entre eux.

     

    – Il serait facile d’admettre que le désir est illimité lorsqu’une fille regarde un film avec l’acteur Ryan Gosling. Je vais expliquer ce phénomène dans le prochain paragraphe.

    – Le mouvement “nuit debout” est incompréhensible. Ces gens désirent quoi exactement ? Personne ne sait et cela n’est qu’un exemple parmi tant d’autres que nos désirs sont flous.

    – Le Général de Gaulle avait des oreilles aiguisées, ce qui lui a permis de s’enfuir à Londres avant l’arrivée d’Hitler en France.

    – L’histoire est très importante pour les peuples. Cela permet de se connaitre soi-même ainsi que nos ancêtres. Et nos ancêtres, c’est comme nous mais avant. En plus vieux, mais en fait déjà morts et plein de sagesse.

    – Marquer l’histoire, c’est bien. Mais encore faut-il faire quelque chose de grandiose, comme Sarkozy en allant déjeuner au Fouquet’s.

    Pour d'autres perles, suivre ce lien 

    Ill. Journal du Buzz

    Jean-Philippe Accart

  • Le "cabinet de curiosités" réinventé avec WonderAlp

    Imprimer

    wonderalp.jpgWonderAlp a été lancée l'automne dernier par Claude Reichler de  l'université de Lausanne: c'est une nouvelle application d’un cabinet de curiosités interactif qui met sous un jour nouveau ces fameuses collections de curiosités des XVIIe et XVIIIe siècles.

    Les objets exposés sous forme d'images proviennent  de l’ouvrage de Johann Jakob Scheuchzer  Itinera per Helvetiae alpinas regiones (1723) et de celui de Johann Gerhard Andreae, paru en 1776, les Briefe aus der Schweiz, tous deux richement illustrés. L’application comprend trois espaces : « Les dragons des Alpes », « Fossiles et cristaux », « Des plantes aux paysages » avec chacun 12 écrans ; il est possible de zoomer sur les images, accompagnées chacune d'audios. Les objets sont décrits grâce à des étiquettes. En bref, c'est à une véritable lecture enrichie (ou lecture augmentée) et une redécouverte de ces curiosités auxquelles nous sommes conviés.

    Jean-Philippe Accart

    L'application WonderAlp est disponible dans GooglePlay et pour iPhone et iPad

    Conception de l'application par l'agence Bread & Butter (Lausanne)

  • La création d'un... manuscrit mise en image par le Getty Museum

    Imprimer

    lettrines.jpgLes musées ne sont pas en reste côté technologies afin de mettre en scène et valoriser leurs collections, plusieurs billets de ce blog ont signalé la visite virtuelle de l'Atelier de Gustave Courbet ou comment les médias sociaux changent notre approche des musées.

    Le rôle éducatif des musées est donc de plus en plus évident et prend un nouveau tournant. Une preuve supplémentaire est donnée avec une vidéo très didactique qui nous explique la création d'un... manuscrit, ce qui à l'ère du numérique peut apparaître comme décalé, mais n'en reste pas moins très instructif.

    Comment un parchemin est-il fabriqué, avec quels matériaux (de la peau de chèvre le plus souvent), en combien de temps, avec quelles techniques ? Puis le parchemin devient manuscrit précieux, l'écriture utilisée est stylisée, souvent gothique, il est enluminé et des lettrines figurent à chaque début de paragraphe. Sous nos yeux, l'effet devient magique. Les pages son ensuite reliées entre elles, et une couverture en cuir permet de les protéger.

    Ce film de 6 minutes est réalisé par le Musée Paul Getty.

    Jean-Philippe Accart

     

  • Les 15 ans de Wikipedia

    Imprimer

    wikipedia.jpgVendredi 15 janvier dernier, Wikipedia fêtait ses 15 ans d'existence. C'est un événement en soi dans la mesure où elle a réussi à détrôner des encyclopédies reconnues depuis le XIXème siècle et qui sont en perte de vitesse. Quel parent n'y a pas recours pour préparer l'exposé du lendemain de sa progéniture ? Qui ne l'a pas consultée pour vérifier une date, un fait, un nom ?

    Longtemps décriée comme peu fiable, elle est maintenant reconnue. Selon la fondation Wikimedia qui gère l'encyclopédie, celle-ci  dénombre "500 millions de visiteurs uniques par mois pour 18 millions de pages vues, et compte aujourd'hui plus de 36 millions d'articles en 280 langues"... difficile de faire mieux.

    Le volet suisse est représenté par Wikimedia.ch qui propose des ateliers d'écriture pour contribuer de manière efficace à l'encyclopédie collaborative. Ces ateliers, organisés à la Bibliothèque de Genève, à la Bibliothèque nationale suisse ou aux Archives fédérales à Berne ont été très suivis.

    Jean-Philippe Accart

    En savoir plus sur le site Les Echos 

  • Le plus grand livre du monde est au...Myanmar

    Imprimer

    bigbook.jpgQui ne rêve pas d'aller visiter les temples de Bagan au Myanmar, depuis l'ouverture récente du pays. Il existe maintenant une raison supplémentaire de s'y rendre, pour aller voir rien moins que le plus grand livre au monde. Situé près de Bagan, à Mandalay, il est visible à la Pagode Kuthodaw construite en 1857 par le roi Mindon Min.
     
    Ce magnifique temple haut de 57 mètres est entièrement doré à l'extérieur (voir photo), donnant l'impression qu'il est en or massif. Cependant, le vrai spectacle se trouve dans les austères stupas blancs qui l'entourent. On peut y voir dans chacun d'entre eux une des 730 tablettes en marbre (729 contiennent le corps du texte, tandis que la tablette 730 décrit leur création) recouvertes sur les deux côtés d'une écriture dense. Pris tous ensemble, ils constituent le Theravāda (ou  Tipitaka) un des livres religieux du bouddhisme. Chaque stèle de marbre fait 1,1 m de large, 1,52 m de haut et 13 cm d'épaisseur, et l'ensemble constitue dans les faits le plus grand livre du monde.
     
    Lorsqu'elles ont été dévoilées en 1868, chacune des 80 à 100 lignes inscrites sur les stèles était remplie avec de l'or et les stèles ornées de pierres précieuses. Mais le site fut vandalisé et dépouillé lors de l'invasion des Britanniques en 1880. Maintenant les lignes sont écrites l'encre noire et tout à fait déchiffrables.
     
    Jean-Philippe Accart
     
    En savoir plus sur le site Atlas Obscura et Wikipedia

  • Une pièce dite de Shakespeare ("Le double mensonge") analysée par ordinateur

    Imprimer

    William.jpgEn 2010 déjà, la presse anglophone et francophone faisait état d'une pièce "retrouvée" de Shakespeare, "Le Double mensonge" ("The Double Falsehood"). Un des spécialistes de l'auteur, Brean Hammond, affirmait que Shakespeare s'était associé pour l'écrire avec John Fletcher avec qui il avait déjà travaillé sur "Henry VIII" et "Les deux nobles cousins".

    Suspense insupportable depuis trois siècles, très British finalement, et que nombre d'auteurs de romans policiers pourraient reprendre à leur compte...

    Mais récemment, l'affaire est relancée dans un article de Melissa Healy du Los Angeles Times paru le 18 septembre s'appuyant sur une étude réalisée par deux chercheurs de l'Université d'Austin au Texas : leur étude est à la fois psychologique et informatique avec l'analyse exhaustive du texte par ordinateur. L'utilisation de la technique dite "Stylometry" permet de réaliser des mesures sur des millions de phrases afin d'analyser les redondances, le style, les termes employés et leur répétition, la place de ceux-ci dans une phrase, etc. Cette technique est utilisée également pour analyser les textes suspectés de plagiat.

    Selon les auteurs de l'étude, Ryan L. Boyd and James W. Pennebaker, "le Double mensonge" est bien signée Shakespeare. Ils arrivent à cette conclusion après l'analyse par ordinateur de 54 pièces de Shakespeare et un certain nombre d'autres pièces d'auteurs de l'époque.

    Jean-Philippe Accart

    Suivez-moi sur Twitter : @jpaccart

  • Si vous ne savez pas quoi lire, suivez les conseils des "Booktubers"!

    Imprimer

    booktube.jpgAvec la rentrée littéraire 2015, déferlent des centaines de nouveaux ouvrages dans les vitrines ou sur les sites des librairies. Selon Culturebox589 romans français et étrangers sont publiés cette année en France entre la mi-août et fin octobre...

    Comment s'y retrouver ? Bien sûr, votre libraire favori ou votre revue préférée vous permettent de vous orienter. Mais il existe une autre manière d'être averti en suivant les conseils des "Booktubers"... Contraction des mots "book" et "YouTube", un "Booktuber" c'est vous et moi c'est-à-dire tout un chacun qui se filme en train de commenter une lecture récente, et qui diffuse ensuite la vidéo sur Youtube. Comme sur tout réseau social, il es possible de s'abonner à votre (ou vos) Booktubers préférés, même si le phénomène est plus anglo-saxon que francophone. Les vidéos des 4 plus grands booktubers anglo-saxons (polandbananasBOOKSjessethereader ou katystatic ) ont été visonnées plus de 12 millions de vues et comptent 200 000 abonnés...

    Ce n'est donc pas un "petit" phénomème, mais une tendance actuelle du Web.

    Quelques Booktubers:

    Jean-Philippe Accart

    + d'informations dans cet article de la revue Archimag

  • Une histoire visuelle des connaissances humaines

    Imprimer

    visuel.jpgUne des tendances actuelles du Web est la visualisation des données sous forme de graphiques interactifs, d'infographies, appelés aussi la "data visualisation" (vous en trouverez de nombreux exemples traités dans ce blog). Un spécialiste américain Manuel Lima, a mis en ligne une de ses conférences récentes sur le sujet où il montre au travers d'infographies comment les connaissances humaines sont reliées entre elles et se développent.
     
    S'appuyant sur mille ans d'histoire de données cartographiques, à l'aide d'arbres de connaissances dans des domaines aussi variés que la médecine, la botanique, la littérature, Manuel Lima dresse ainsi sous nos yeux une carte vivante et dynamique des connaissances humaines. Les réseaux d'information ne sont pas loin. C'est une histoire fascinante de l'humanité qui nous est livrée.
     
    Jean-Philippe Accart
     
    Voir la conférence de Manuel Lima "A Visual History of Human Knowledge" 
     
    Voir le site de Manuel Lima : Visual Complexity
     
    L'illustration est extraite du site de Manuel Lima

  • Un manuscrit chinois du 17ème siècle livre ses secrets grâce à la numérisation

    Imprimer
    cambridgecalligraphy5.jpgLa bibliothèque de Cambridge University vient de rendre disponible au public sous forme numérique un manuscrit chinois extrêmement rare et précieux, qui, au vu de sa fragilité, ne pouvait être ni ouvert, ni consulté. Il s'agit du "Manuel de la calligraphie et de la peinture" (Shi zhu zhai shu hua pu).
     

    Ce livre date de 1633 est le plus ancien exemple connu de xylographie polychrome, inventé par Hu Zhengyan. La technique, aussi appelée douban, utilise plusieurs clichés appliqués successivement avec des encres différentes afin d'obtenir l'apparence d'une aquarelle peinte à la main. Le site de Cambridge explique que ces tirages douban sont admirables, avec des gradations de couleur  qui font que ce livre est «peut-être le plus bel ensemble de tirages jamais effectués

    Le manuel contient huit catégories présentant des oiseaux, orchidées, bambous, fruits, pierres, dessins à l'encre. En plus de Shi zhu zhai shu hua pu, la bibliothèque a numérisé d'autres ouvrages de ses collections chinoises un texte bouddhique daté entre 1127 et 1175 et un billet de banque du 14ème siècle qui menace les faussaires de décapitation.
     
    Jean-Philippe Accart
     
    Pour plus d'informations, voir ce site
  • SCRIBAY, un réseau social pour les auteurs

    Imprimer

    scibay.jpg

    Tout le monde a une histoire à raconter !... mais vous ne savez pas comment vous y prendre. Ecrire sur un blog mais comment faire, être édité à son propre compte, écrire un manuscrit sans être sûr de la réponse des éditeurs... Il y a beaucoup d'incertitudes dans le fait de vouloir écrire et d'être publié ensuite. 

    Alors pourquoi ne pas participer à un réseau d'auteurs tel Scribay ? Ouvert aux auteurs comme aux lecteurs, ce réseau permet de travailler et de partager des écrits en ligne gratuitement. Pensé puis développé par deux amis, ce réseau social a un objectif bien précis : « Offrir un espace de travail et de partage à l’écrivain d’aujourd’hui et de demain ».

    Plusieurs fonctionnalités ont été développées pour écrire et publier à l’aide d’un traitement de texte en ligne, tout en contrôlant les conditions d’accès et de publication (commentaires, visibilité…). Chaque auteur reste maître de ses écrits et peut encadrer juridiquement ses œuvres avec la licence qu’il juge adaptée. Il peut même travailler sur plusieurs versions d’un texte. Les lecteurs peuvent ensuite choisir la police, les interlignes, la taille des caractères.

    Il est même possible de lancer un défi d'écriture à la communauté à laquelle on appartient.