Le blog de Jean-Philippe Accart, biblioblogueur - Page 7

  • Un Internet sûr ?...

    Imprimer

    logoSID2014.jpgVous ne le saviez peut-être pas, mais aujourd'hui mardi 11 février est le "Safer Internet Day", une initiative de la Commission européenne créée en 2005. L'édition 2014 s'organise autour du slogan « Ensemble, pour un meilleur Internet ». 

    L'idée principale de ce programme est de créer, initiative louable, un Internet plus sûr pour les jeunes (vaste travail me direz-vous) et surtout les enfants. Les parents ont bien sûr un rôle important à jouer car Internet fait maintenant partie de l'éducation et de la culture de masse, comme le fut la télévision. Le site Panelparents offre une sélection de sites Internet de qualité sur des thèmes variés, avec un classement par âge. Prévenir ses enfants contre les dérapages du Web ou de Facebook ou par rapport à des contenus qui peuvent se révéler choquants selon qui les regarde ; leur signaler que la vie privée doit être préservée (concept encore un peu flou selon les âges), tous ces aspects de la vie ou de l'identité numérique qui se construit parfois même sans que nous en ayons conscience, sont devenus essentiels aujourd'hui.

    Suivez-moi sur Twitter: @jpaccart  

  • "The Indian Memory Project": un projet collaboratif

    Imprimer

    india.pngUn des avantages qu'offrent le numérique et Internet est de pouvoir voyager et découvrir des continents sans bouger de chez soi. Un autre avantage est l'aspect participatif qui associe à certains projets le public à des institutions diverses. J'avais déjà évoqué dans ce blog le projet suisse notrehistoire.ch ou tout un chacun peut contribuer par des photos, des écrits familiaux. Il y a peu la Bibliothèque nationale de France et les Archives nationales de France ont lancé des initiatives similaires pour la commémoration de la guerre 14-18... Mais j'aurai certainement l'occasion de vous parler d'autres projets tout aussi intéressants.

    Cette fois-ci, partons vers l'Inde, avec The Indian Memory Project, magnifique initiative où l'Inde intime se dévoile sur une période allant de 1840 à 1990. Anusha Yadav, graphiste, a eu l'idée de ce projet incroyable, qui connait un succès grandissant, avec la collecte de la mémoire indienne et qui constitue maintenant un gigantesque album de photo de famille.

    En parcourant les catégories proposées (par mots-clés, par pays car on trouve aussi le Népal, le Pakistan, la Grande-Bretagne), on découvre des pans entiers de ce continent, de son histoire en images et photographies privées mises à disposition de tout le monde. Alors, il ne vous reste qu'à partir dès maintenant vers l'Inde fabuleuse ! 

  • L'Institut Google à Paris ouvre son "Lab"

    Imprimer

    6741711-google-inaugure-a-paris-le-lab-de-son-institut-culturel.jpgGoogle investit un grand nombre de champs différents, et le champ culturel n'est pas le moindre. Le 10 décembre dernier Google a ouvert 340 m2 au sein de son siège parisien dans le 9ème arrondissement afin que se rencontrent professionnels de la culture et technologies. C'est ce qu'on appelle un "Lab" soit un laboratoire d'expérimentation avec à disposition des artistes, un atelier pour le moins bien équipé : écran géant interactif, station de capture 3D, appareil photo gigapixel, imprimante 3D, découpe laser...

    Outre "World Wonders" (accès à des sites du patrimoine mondial grâce à Google Street View), "Evénements historiques" (pour les expositions temporaires), il y a surtout "Art Project", qui permet de flâner dans les collections numérisées de 400 partenaires soit 53.000 oeuvres disponibles.

    Source: Le Nouvel Obs

    Photo : Jacques Brinon/AP/SIPA

  • Le 1er livre imprimé aux Etats-Unis vendu aux enchères

    Imprimer

    bay-psalm-book_sn635.jpg20 ans seulement après l'arrivée des premiers pèlerins britanniques dans le Nouveau Monde, soit en 1640, fut imprimé en 1700 exemplaires à Cambridge dans le Massachussets, une nouvelle traduction de la version en hébreu du Livre des Psaumes, le Bay Psalm Book. Il ne resterait que 11 exemplaires de ce livre qui de fait fut le 1er livre imprimé aux Etats-Unis, sur une presse venue de Londres.

    Appartenant à une église de Boston, la Old South Church - qui en possède deux exemplaires et en conserve un - et qui souhaite financer des oeuvres caritatives, le livre mis aux enchères à Sotheby's New York a été acquis par un financier américain David Rubinstein le 26 novembre dernier pour la somme de 14,2 millions de dollars... Qui dit mieux ?

    C'est l'enchère la plus haute obtenue pour un livre, mais l'ouvrage le plus cher au monde est le "Codex Leicester", une collection de textes scientifiques de Léonard de Vinci (1508-1510) acheté par Bill Gates en 1994 pour 30,8 millions de dollars...

    Ill Bay Psalm Book  Photo :  AFP/EMMANUEL DUNAND

    Source Radio Canada

  • Les Alpes et leurs imagiers. Voyage et histoire du regard

    Imprimer

    alpes.jpgLes Editions des Presses polytechniques et universitaires romandes viennent de publier un bel ouvrage consacré aux Alpes et leurs imagiers. De nombreux artisans et artistes ont créés les imagiers des Alpes, aujourd’hui oubliés. Claude Reichler présente leur oeuvre à travers une recherche sur les livres de voyage anciens, qui constitue une histoire du regard sur le monde alpin. Cet ouvrage allie la géographie et l’histoire de l’art ou l’histoire culturelle, constituant un guide original et inattendu.

    Pour les lecteurs qui souhaitent aller plus loin, une importante documentation multimédia à travers un contenu augmenté est accessible sur internet

    Lien permanent Catégories : Histoire 0 commentaire
  • Un nouveau site historique : 14-18.ch

    Imprimer

    th-7_suisse03.jpgLes célébrations du centenaire de la guerre 14-18 sont lancées (notamment en France où les citoyens sont priés de déposer pour copie leurs documents privées dans les services d'archives et les bibliothèques). En Suisse, c'est le site infoclio.ch qui annonce le lancement de 14-18.ch, un site historique consacré aux cartes postales suisses de la Première Guerre mondiale. Il donne accès à une soixantaine de cartes postales de la Première Guerre mondiale, conservées au cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale suisse. Chaque carte postale est assortie d'une analyse et d'un commentaire historique, ainsi que d'une courte bibliographie. Le design du site est particulièrement soigné tout en restant simple,  et des catégories sont proposées : la propagande ; l'allégorie de la Suisse ; les affaires politiques et militaires ; le quotidien de la guerre ; l'humanitaire ; l'humour.

    Le site a été réalisé par Patrick Bondallaz et Alexandre Elsig dans le cadre de l'appel à projet "Presenting History Online" lancé par infoclio.ch en 2012.

  • "Retour à la vie" ou l'histoire qui ressurgit

    Imprimer

    retour_a_la_vie.jpgLes Editions Alphil à Neuchâtel publient régulièrement des récits historiques autour de la dernière Guerre mondiale (mais pas seulement) ou des témoignages. Leur dernière publication est une histoire poignante qui retrace l'accueil en Suisse romande d'anciennes déportées françaises de la Résistance, soit plus de 500 femmes.

    Les auteurs de "Retour à la vie. L'accueil en Suisse romande d'anciennes déportées françaises de la Résistance (1945-1947)", Eric Monnier et Brigitte Exchaquet-Monnier, nous livrent le fruit de 4 années de recherches: ils reconstituent pas à pas l'histoire de ces lieux d'accueil - 9 au total en Suisse romande - créés grâce au soutien constant de Geneviève de Gaulle, de l'Association des déportées et internées de la Résistance (ADIR) et d'un Comité d'aide suisse. L'ouvrage bénéficie d’une préface de l’historien suisse Marc Perrenoud et d’un avant-propos d’Anise Postel-Vinay, résistante, déportée et proche collaboratrice de Germaine Tillion et de Geneviève de Gaulle.

    Des dédicaces sont organisées :

    - jeudi 13 novembre à Château-d'Oex, à 18h15 au cinéma Eden (film, présentation du livre, signatures)

    -le 20 novembre, dès 16h30, à la librairie Payot (4, pl. Pépinet) à Lausanne.
    -samedi 14 décembre, à La Chaux-de-Fonds, librairie Payot, 10h30-12h
    -dimanche 22 décembre, à Sion, librairie La Liseuse, 15h-18h

    Brigitte Exchaquet-Monnier et Eric Monnier seront également présents à Paris les 23 et 26 novembre à la Fondation de la Résistance.

    Lien permanent Catégories : Air du temps 2 commentaires
  • "Les Archives de la Vie Privée": une conférence AGBD le 5 novembre à la HEG

    Imprimer


    archives2.jpgQui n'est pas concerné par les archives de sa propre vie, celles de ses proches, de sa famille ?
    Comment les prendre en compte ? Qu'est-ce qui est important ou non à conserver ? Ce sera l'objet d'une conférence AGBD (l'Association genevoise des bibliothécaires et professionnels diplômés en information documentaire) le mardi 5 novembre prochain, donnée par Madame Anne Zendali, archiviste au Grand Théatre de Genève. 

    Cette présentation est le fruit d'un travail diplômant dans le cadre du MAS-CAS des Universités de Berne et de Lausanne. Elle s'articulera sur deux aspects : l'organisation intellectuelle des documents personnels et familiaux et la construction mémorielle de soi.

    Ouverte à tous, cette conférence se déroulera à la Haute école de gestion, Route de Drize 7, 1227 Carouge, salle C317, entre 12.15 et 13.45.

    Image: http://www.archivesdepartementales.cg59.fr/?id=127 

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • "Hors-Texte" ou le reflet des bibliothèques genevoises

    Imprimer

    hors-texte.pngIl a l'air de rien, c'est un petit bulletin de la dimension d'une brochure de 40-50 pages, mais il est le vrai reflet des bibliothèques genevoises depuis 1979.

    Emanation de lAssociation genevoise des bibliothécaires et professionnels diplômés en information documentaire (AGBD), il est publié 3 fois par an et sa collection, numérisée, commence à être consultable en ligne.

    Les thèmes abordés sont à l'image des bibliothèques en général: ainsi le n° 101, consacré à "l'insolite en bibliothèque" évoque la bibliothèque de Champ-Dollon ou les archives des Orateurs étrangers. Le n° 98 est consacré aux "présents du passé" et même si un article nous plonge dans une époque révolue, celle des moines copistes, des débuts du livre-objet et de l’évolution de celui-ci jusqu’au 18ème siècle, il parle aussi de l’existence des liseuses, et que diraient les colporteurs du 16ème siècle en voyant Google Books... ?

    Il y a beaucoup à découvrir, alors n'hésitez plus, jetez un oeil à Hors-Texte en ligne.

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • InterroGEz-le !

    Imprimer

    interroge_bg_gris.pngInterroGE est le nouveau service en ligne proposé par les Bibliothèques municipales de Genève et leur réseau de 11 partenaires sur le Canton. Vous pouvez poser une question de n'importe quel ordre (culture générale, loisirs, voyage ou simplement sur Genève), ce guichet virtuel vous répond dans les 72 heures. N'est-ce-pas magique ? Il va sans dire que derrière cette interface en ligne se cache une équipe de bibliothécaires chevronnés, professionnels de la recherche d'information et qui disposent de nombreux outils pour y répondre.

    Les questions/réponses sont archivées au fur et à mesure et il est possible de les consulter: Pour exemple : 

     

    Un tel service, nouveau pour Genève, existe depuis une dizaine d'années à la Bibliothèque nationale suisse avec SwissInfoDesk: celui-ci est spécialisé sur la Suisse, ce qui représente déjà un grand champ de recherche.

    Beaucoup de bibliothèques proposent maintenant ce nouveau service sur Internet qui présente l'avantage d'être gratuit et interrogeable en tout lieu, avec la certitude d'avoir une réponse professionnelle.  

  • Une vision pour la culture et les bibliothèques à Genève : débat AGBD

    Imprimer

    Logo AGBD noir-vert-1.jpgL’Association genevoise des bibliothécaires et professionnels diplômés en information documentaire (AGBD) réunit quelques 340 adhérents sur le Canton de Genève, elle est présente dans toutes les institutions genevoises. Profitant de la nomination de nouvelles personnalités à la tête de trois grandes institutions (la Bibliothèque de Genève, les Bibliothèques municipales de Genève et les bibliothèques de l'Université de Genève), elle vous invite au:

    1er grand Débat-AGBD sur le thème:

    Une vision pour le futur de la culture et des bibliothèques à Genève

    Mardi 1er octobre 2013 à 19h30 (entrée dès 19h)

    à la Salle communale du Môle aux Pâquis (avec l’aimable soutien du Département de la culture et du sport de la Ville de Genève) :  http://www.ville-geneve.ch/plan-ville/salles-communales/salle-communale-mole/

    Débat ouvert à tous et suivi d’une verrée

    Les orateurs invités sont :

    Marie Fuselier, directrice de la Division de l’Information Scientifique (DIS) à l’Université de Genève

    -  Véronique Pürro, directrice des Bibliothèques municipales de la Ville de Genève (BMGE)

    -   Alexandre Vanautgarten, directeur de la Bibliothèque de Genève (BGE)

    Modération : Michel Gorin, enseignant à la HEG, département Information documentaire et membre actif de l’Association

    Organisation : première partie en forme de questions-réponses avec Michel Gorin et les trois intervenants et une seconde où la place sera laissée au débat avec prise de parole possible pour le public.

    Ces trois personnalités ont récemment été nommées à la tête des trois plus grandes institutions bibliothéconomiques genevoises (académique, de lecture publique, patrimoniale), de surcroît les plus importants employeurs pour notre branche sur le Canton. Le Comité AGBD souhaite les interroger sur leur vision du futur de la culture et des bibliothèques à Genève. A l’heure où nos institutions et notre métier connaissent des évolutions parfois radicales, leurs points de vue seront certainement éclairants. Venez nombreux !

    Site AGBD

    Page Facebook AGBD

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Ne partez pas sans vos appli !

    Imprimer

    14215.jpgVous partez en vacances et vous choisissez de vous déconnecter complètement de votre smartphone, de Facebook et Twitter ou autres réseaux sociaux. C'était l'objet de 2 billets sur ce même blog : l'un en août 2012 "Le jour où j'ai quitté Twitter" et un second en juillet 2011 (l'été semble propice...) "J'ai débranché ou comment se déconnecter pendant l'été". Mais avouez que ce n'est guère facile... tant nous sommes de plus en plus addict.

    Le site Bon à savoir, avant lui-même de partir en vacances, nous suggère de rester connecter avec les 15 applications essentielles à notre survie en vacances... Parmi celles-ci, Skyscanner pour choisir une destination bon marché au dernier moment, Booking pour les hôtels, MetrO qui indique les plans des transports urbains de plus de 400 villes, Airnbn pour loger chez l'habitant (34 000 lieux dans 132 pays !), et bien d'autres encore dont certaines un peu farfelues, à découvrir. Alors, connecté ou débranché, à vous de choisir.

    Lien permanent Catégories : Air du temps 2 commentaires
  • Beach Library: les bibliothèques voyagent avec vous

    Imprimer

    bibliothèque, plage, gare, aéroport, piscineLes bibliothèques accompagnent leurs lecteurs même sur leurs lieux de vacances, impossible d'y échapper : c'est une des dernières tendances du moment, comme on peut le voir sur cette photo prise dans un complexe de vacances en Bulgarie à Albena ou comme celle-ci à Marseille. Mais il y a foule d'autres exemples, tous plus originaux les uns que les autres et qui rentrent sous le concept de "bibliothèques mobiles" : citons les bibliothèques TapTap en Haïti ou l'usage d'un taxi comme bibliothèque ; dans les aéroports comme à celui d'Amsterdam ou dans les gares comme aux Etats-Unis dans le Missouri. Les piscines ne sont pas en reste: à Lausanne, la succursale de Montriond de Bibliothèques et Archives de la Ville de Lausanne a monté un projet pour cet été intitulé "Bibliothèque à la piscine".

    Rien ne vaut un bon livre, une bonne BD après le bain ! Pensez-y...

    Source Image

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Le Festival de Montreux au Patrimoine mondial de l'Unesco

    Imprimer

    montreux.jpgC'est une belle réussite pour le Festival de Montreux : après la numérisation en cours par l'EPFL des 5000 heures de concert (dont la fin est prévue en 2014), l'Unesco a inscrit sur son registre Mémoire du monde l'ensemble du Festival. C'est une véritable reconnaissance mondiale, quelques mois après le décès de Claude Nobs, son fondateur.

    Parmi les noms des plus célèbres interprètes venus à Montreux, citons Erroll Garner, Count Basie, Lionel Hampton, Dizzy Gillespie, Oscar Peterson, Herbie Hancock, Miles Davis ou Quincy Jones. Et encore, Aretha Franklin, Ella Fitzgerald, Ray Charles, Prince, David Bowie... parmi de nombreux autres. La liste est longue et impressionnante.

    Le Registre Mémoire du monde compte aujourd'hui 299 documents et collections documentaires en provenance des cinq continents. Le Festival est le deuxième pour la Suisse a y entrer après les manuscrits de Jean-Jacques Rousseau.

    Plus d'informations

    Il est aussi possible retrouver quelques archives en ligne sur le site de la RTS ou sur Youtube

    Le 47ème Festival de Jazz de Montreux aura lieu du 5 au 20 juillet 2013.

  • Souffrez-vous d'illectronisme ?

    Imprimer

    internet.jpgIl n'y a pas que dans les pays en voie de développement que la fracture numérique existe, dans les pays développés également. On désigne cette "anomalie" sous le terme un peu abscons d'"illectronisme", sorte de contraction entre illettrisme et technologies de l'information. 

    J'emploie le terme d'anomalie, car dans les sociétés développées, ne pas savoir se servir d'un ordinateur, d'un smartphone ou d'Internet apparait comme une lacune, un manque, voire un défaut. Est-ce si rare ? Certainement pas: une société hyperconnectée telle que la nôtre engendre également des personnes qui se sentent rejetées ou exclues. La technologie, et Internet en particulier, peuvent être vus par certains comme des territoires inconnus, lointains, inaccessibles, ce qui n'est pas faux.

    Tout comme il existe des programmes de lutte contre l'illettrisme, il existe des remèdes contre l'illectronisme. L'école et l'université essayent d'y pallier, mais également des associations et bien sûr les bibliothèques, un des rares lieux en ce monde où l'accès à l'information est souvent gratuit. Renseignez-vous, certaines bibliothèques proposent des cours, des formations aux technologies de l'information. Un autre remède consiste dans les liens tissés entre générations, et pourquoi ne pas échanger avec ses enfants ou petits-enfants ou quelqu'un de sa famille, ou un ami, un cours d'informatique contre un autre cours ? La vie, c'est aussi l'échange !

    En savoir plus sur l'illectronisme

    Source Image: http://www.libellules.ch/news/index.php?tag/internet 

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Le livre dans tous ses états...numériques à Genève

    Imprimer

    La Fondation Bodmer nous livre, en collaboration avec le laboratoire Digital Humanities de l'EPFL et l'Université de Genève, une originale et passionnante exposition intitulée "Le lecteur à l'oeuvre". 

    bodmer2.pngEn effet, le point de vue pris est tout à fait inhabituel puisqu'il s'agit ici de scruter la ou les manières dont le lecteur s'approprie le livre, en remontant aux plus anciens manuscrits jusqu'aux toutes récentes tablettes ou liseuses : la manière de lire, d'annoter, d'écrire une note, un commentaire, une impression...

    L'exposition permet de mesurer le chemin et l'histoire parcourue par les différents supports du livre : du manuscrit à l'encre numérique et la tablette, en passant par le traditionnel ouvrage papier auquel l'un des organisateurs de l'exposition, Frédéric Kaplan (titulaire de la chaire de Digital Humanities à l’EPFL) croit en l'avenir. Il n'y a pas, selon lui, "d'opposition manichéiste entre les médias" ( Le Temps, 27 avril 2013, p. 36).

  • Courir après le temps

    Imprimer

    Le dernier dossier E-Sens en ligne produit par les étudiants du DAS  en Stratégie Marketing, Communication & e-business de l'UNIGE est consacré à notre rapport au temps au sein du travail. Autant dire qu'il concerne un grand nombre de personnes: un des changements majeurs des dernières années est l'introduction des technologies au travail, et plus récemment des réseaux sociaux. Le temps semble s'être démultiplié ou être devenu élastique tant il apparait possible de réaliser plusieurs tâches à la fois : répondre au téléphone, consulter son agenda en ligne, écrire un email, écouter de la musique...

    clocks.jpgLas... ce n'est pas si simple. Tout un chacun peut-il gérer  en même templs plusuieurs activités ? Le gain de temps est-il significatif ou n'est-ce pas plutôt une dispersion de l'attention qui est constatée, et la difficulté de se concentrer qui en découle. Des études récentes montrent que c'est le cas pour les adolescents hyper connectés. N'en serait-il pas de même pour les "salary men/women" ?

    Ce dossier répond en grande partie à ces interrogations : il propose plusieurs rubriques (analyse, étude de cas, interviews, fiche technique) toutes aussi passionnantes les unes que les autres. Une lecture à conseiller donc et qui peut nous aider à gagner...du temps !

    Source image : Rider, Pict en ligne, http://www.fotolia.com, consulté le 11 avril 2013

     

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • "Le voyage en Suisse" en 25 étapes

    Imprimer

    L'éditeur Bernard Campiche publie la traduction française de l'ouvrage "Die Schweizerreise" paru en 2008 chez l'éditeur alémanique Dirk Vaihinger. Quelques changements ou adaptations expliquent ce délai somme toute assez long. 

    Un_Voyage_grand.jpg25 écrivains contemporains suisses passent en revue les cantons par ordre alphabétique Appenzell, Argovie, Bâle, Berne, Genève, Fribourg... en évitant avec bonheur les clichés habituels et en dressant une topographie inhabituelle de la Suisse constituée d'habitants ordinaires qu'ils soient paysans, employés, des célibataires, des couples, jeunes, vieux...

    B. Campiche, dans sa présentation de l'ouvrage, insiste sur le fait que l'ouvrage présente une Suisse contemporaine, actuelle, et non pas touristique. A lire en 25 étapes.

    Le Voyage en Suisse

    Récits des cantons
    édités par Dirk Vaihinger
    Texte français: François Conod
    2013. 296 pages. Prix: CHF 35.–
    ISBN 978-2-88241-315-4

    En savoir plus 

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Un oeil du côté de Zürich:promenade sur le Web

    Imprimer

    On oppose souvent (?) Zürich et Genève, deux villes qui se rêvent probablement chacune "capitale" de la Suisse... Effectivement, il y quelques ressemblances, vue de loin, de très loin : le lac, l'omniprésence dans certains quartiers du luxe, des affaires et des banques... Mais c'est vraiment tout. Un Web documentaire assez étonnant permet de se promener en tram sur la Langstrasse à Zürich, mais de manière différente d'un simple film. Au fil de la promenade, des éléments s'ajoutent qui rendent du coup Streetview de Google un peu obsolète.

    langstrasse.jpgCe Web documentaire intitulé "360° Langstrasse Zürich" a obtenu depuis sa sortie en 2011 un nombre conséquent de récompenses tels "Site of the Day 2011" ou "Site of the Year 2011" ou encore "Best of Swiss Web 2012 Gold Innovation". 

    C'est une manière comme une autre de promouvoir Zürich sur le Web. D'autres villes (Genève par exemple) pourraient s'en inspirer. En attendant, une petite promenade sur le Web s'impose...

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Art et numérique. La clé pour ouvrir les portes du futur

    Imprimer

    Alice Rawsthorn publie un passionnant article dans le New Herald Tribune daté du mardi 4 mars 2013 en page 12 (repris du New York Times). A. Rawsthorn semble être une chroniqueuse attentive et curieuse du monde des arts et de la culture. Cette fois-ci, sa chronique croise de manière très heureuse et inattendue, l’art, la culture et l’âge numérique auquel nous appartenons chaque jour un peu plus, peut-être même sans nous en rendre compte.

    cles.jpgL’actualité récente met en avant le retrait du Pape Benoit XVI de la scène religieuse et politique, avec en toile de fond le drapeau du Vatican qui voit deux clés ouvragées s’entrelacer et liées par un cordon rouge. De même, une des fresques les plus célèbres de la chapelle Sixtine à Rome est celle du Pérugin dans laquelle le Christ donne à Saint-Pierre les clés du Paradis. Et nous passons, sans transition aucune, à la clé numérique qui prochainement vous permettra d’ouvrir la porte de votre appartement à partir de votre smartphone.  La clé est un véritable symbole de la société humaine quelles que soient les époques et les cultures, elle représente souvent le pouvoir et la richesse, elle peut être en or, très ouvragée ou alors toute simple en apparence, mais permettant d’ouvrir les portes des maisons les plus impénétrables.

    La clé numérique (qui existe déjà pour ouvrir certaines voitures par exemple) est évidemment moins évocatrice a priori que la clé en métal dont nous avons l’habitude. Si nous réfléchissons en termes d’applications sur les smartphones (les fameuses Apps), nous sommes là en présence de clés aux pouvoirs grandissants : hormis le fait qu’elles sont incluses dans le système lui-même, elles permettent une ouverture/fermeture à distance, elles peuvent être programmées pour une ou plusieurs personnes, servir pour les chambres d’hôtels, les voitures etc… Cela n’empêche évidemment pas d’être vigilant par rapport à la mémoire rechargeable de votre smartphone et au risque de perte… Une question me taraude pourtant : les clés de Saint-Pierre peuvent-elles être numériques ?

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Fragile culture

    Imprimer

    images.jpgIl y a une quinzaine de jours, la Bibliothèque municipale de Lausanne brûlait suite à un incendie criminel : les 100 000 livres de la collection ne périrent cependant pas dans les flammes, seul l'étage des bureaux fut touché, mettant une quarantaine de bibliothécaires en chômage technique. Le 7 février dernier, la bibliothèque ouvrait à nouveau ses portes pour le plus grand bonheur du public (voir le reportage télé).

    Un peu plus loin de nous (mais en même temps si proches), les célèbres manuscrits de Tombouctou au Mali ont pu être sauvés de la destruction causée par la guerre en cours. Leur particularité est d'être la propriété de 32 familles qui ont pu les cacher des pillages et de la destruction (voir l'article du journal Le Monde du 7 février 2013 "Les manuscrits sauvés de Tombouctou").

    Ces deux exemples montrent combien la culture est fragile et peut être détruite par des catastrophes provoqués par des hommes. Heureusement, dans les deux cas évoqués, le patrimoine a pu être sauvé grâce à la vigilance ou au courage de certains. 

    Photo : Alida Jay Boye. Timbuktu Manuscripts Project. Université d'Oslo 

     A lire : "Les manuscrits de Tombouctou. Secrets, mythes et réalités" de Jean-Michel Djian, Paris, JC Lattès, 2012

    NB: depuis 2003, en Suisse, le programme COSADOCA veille au sauvetage du patrimoine documentaire en cas de catastrophe

  • SwissTopo : la Suisse sur Youtube présente 180 visages

    Imprimer

    topelement.jpgGrâce aux technologies des satellites et du GPS, l'organisme suisse de la topographie (donc de la cartographie) SwissTopo a constaté des écarts de mesure sur les cartes de Suisse allant parfois jusqu'à 3 mètres entre Genève et l'Engadine par exemple.

    Cela est visible sur un ensemble de cartes et de données mis à disposition sur YouTube par geo.admin.ch. Ce portail met à disposition des informations très précieuses sur la géographie de la Suisse et son évolution dans le temps. Ces données géographiques sont produites par les offices fédéraux et les cantons, et sont donc on ne peut plus officielles.

    Ce mouvement de mise à disposition de données s'appelle Open Data (données ouvertes), et de nombreux organismes officiels de par le monde s'emploient à y participer.

    Plus d'informations avec l'article de Jean-François Mabut dans la TdG du 8 janvier 2013 (l'image ci-dessus a été reprise de l'article cité).

  • Vous allez continuer à aimer Google

    Imprimer

    me-at-Google.jpgQui n'est pas utilisateur de Google ? Ce moteur de recherche est considéré comme le plus puissant au monde, il est utilisé par des millions de personnes chaque minute et fait l'objet de multiples développements. Nous n'allons pas entrer dans la polémique certes justifiée des données personnelles ou de la question du monopole (quoique... que donnera le moteur chinois Weibo dans quelques années ?). Ce qui nous intérresse aujourd'hui, ce sont les récents développements proposés par Google : la messagerie GMail a été redessinée, Google Drive a été introduit, les applications mobiles Google sont en plein boom, et bien sûr GooglePlus qui se veut le concurrent direct de Facebook mais sans l'égaler encore. On ne peut que le constater : les outils Google s'améliorent. 

    Pourquoi cette recherche constante d'être le premier ? Exister ou disparaitre serait la réponse. La réelle concurrence pour Google vient des réseaux sociaux et notamment de Facebook. Mais elle vient aussi d'autres moteurs qui privilégient des langues différentes, tel le moteur chinois cité précédemment. Pour continuer à exister et à plaire à son public, Google est condamné à innover de manière constante.

    Vous allez continuer à aimer Google.

    Ce billet est inspiré de celui publié par Chris Betcher, blogger australien sur son blog Betchablog.

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • L'art d'écrire une lettre : d'après un guide épistolaire datant de...1876

    Imprimer

    howtowriteletters.jpgParmi certaines habitudes qui résistent aux modes, celle d'écrire n'a pas dit son dernier mot. Bien sûr, il devient rare d'envoyer à ces amis ou ses parents de longues lettres ou des cartes postales (mais ceci est avantageusement remplacé par les blogs de voyage par exemple qui permettent de tenir tout un cercle social informé), les bons vieux télégrammes, missives de tous ordres, plis ou pneumatiques... sont envoyés aux oubliettes (là aussi, le SMS, le Texto ou le courriel ont pris leurs place). Les cartes de voeux, d'anniversaires sont maintenant numériques.

    Le guide épistolaire donné en référence nous plonge avec délices dans une époque révolue (il en existe bien sûr de plus récents, et même d'actuels car toujours très utiles et utilisés). L'auteur, Westlake, indique que l'école néglige complètement cet aspect essentiel des rapports humains et sociaux, et on peut dire que cela n'a guère changé. Il mentionne que de nombreuses biographies ne pourraient être écrites sans l'étude des lettres envoyées par une personne à ses amis, ses relations (qu'adviendra-t-il lorsqu'il s'agira d'écrire des bibliographies dans le futur ? Garde-t-on aussi précieusement ses e-mails ?). Certaines lettres d'écrivains, d'hommes politiques ou d'artistes atteignent une valeur marchande non négligeable.

    Il existe des manières diverses et variées de remercier, d'envoyer ses voeux, de dire quelque chose de manière déguisée... ce guide est inépuisable, et finalement, même si certaines formulations sont très datées ou délicieusement vieillies, il montre combien les relations épistolaires sont importantes et à ne pas négliger. 

    Sur ce thème, voir l'excellent blog new-yorkais Brain Pickings

  • Scriptorium : la presse suisse en cours de numérisation

    Imprimer

    C'est la Bibliothèque nationale à Berne qui pilote la majorité des projets de numérisation des journaux en Suisse, avec des partenariats publics et privés. Parmi ceux-ci :

    - Schaffhauser Nachrichten,
    - Il Grigione italiano,
    - Le Nouvelliste, Feuille d'Avis du Valais, Le Rhône...

    La BN est également partenaire du journal Le Temps qui propose les archives historiques de 3 quotidiens.

    Le 7 décembre, le dernier en date des projets a été lancé, le Scriptorium, projet de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne. une plateforme dédiée aux anciennes parutions des principaux journaux vaudois. La première étape de cet ambitieux  projet est la mise en ligne de l'ensemble des numéros de /24 Heures/ et de son ancêtre la /Feuille d'avis de Lausanne/, édités de 1762 à fin 2001. Soit plus d'un million de pages !

    Le mouvement de numérisation de la presse suisse est bel et bien lancé !

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire