Livre numérique

  • 200 ans de littérature pour enfants et jeunes adultes : 6 000 ouvrages numérisés

    Imprimer

    Au travers de la numérisation de 6 000 ouvrages pour jeunes adultes sur une période de 200 ans (principalement de livres en anglais), nous pouvons apprendre beaucoup. Plusieurs genres ont prospéré : l’instruction religieuse, mais aussi des livres de langue et d’orthographe, des contes de fées, des codes de conduite, et, surtout, des livres d'aventure comme ceux de Jules Verne. Ces livres offrent une vue (très colonialiste) du vaste monde. Ils sont souvent publiés en série dans les journaux à partir des années 1890, et mêlent fiction, voyage, histoire naturelle et sciences.

    Mais d'autres genres prospèrent qui rencontrent un grand succès : la poésie avec Elfin Rhymes de Norman ou le fantastique avec le Magicien d'Oz de Frank L. Baum et le non moins célèbre Peter Pan de J. M. Barrie. Ils préfigurent la série des Harry Potter et bien d'autres encore.

    L'étude des 200 prochaines années de ce type de littérature sera certainement tout aussi passionnante.

    Jean-Philippe Accart

    Pour en savoir plus, suivre ce lien

  • Le livre a-t-il un avenir... numérique ?

    Imprimer

    biblio_numerique_image-1269530748.jpgIl y a une dizaine d'années, la mort du livre papier est annoncée au profit du livre numérique : les liseuses rencontrent le succès et Google se lance dans la numérisation de livres à grande échelle. Les différents intermédiaires de la chaîne du livre (éditeurs, libraires, bibliothécaires notamment) n'ont plus qu'à chercher un autre emploi.

    En 2018, rien de ce qui était annoncé n'a eu lieu, ou en tous les cas, pas avec l'ampleur prévue. Si le livre numérique (e-book) prend une certaine part de marché, le livre physique en conserve une très large majorité (95 %, en volume comme en chiffre d’affaires selon une étude GfK pour l'édition francophone). C'est ce que constate également les principaux éditeurs américains tels Macmillan, Simon & Schuster ou Penguin Random House. Amazon ouvre même des librairies aux Etats-Unis. De nouvelles librairies privées s'ouvrent à Paris ou en province. Les bibliothèques n'ont pas fermé leurs portes, de nouvelles sont construites de par le monde.

    A quoi cela est-il dû ? De nombreuses raisons peuvent être avancées, mais d'après Anne Mangen, chercheuse au Centre sur la lecture de l'université de Stavanger en Norvège, qui a réalisé plusieurs enquêtes comparatives entre lecture sur papier et lecture sur liseuses, "la lecture sur papier est plus empathique, et permet une meilleure immersion dans la narration". De plus "les étudiants qui lisent des textes imprimés obtiennent de meilleurs résultats".

    Jean-Philippe Accart

    voir aussi l'article paru dans Le Monde du 28 septembre 2018 : "Gutenberg vit encore"

    illustration extraite du site "Du temps pour le livre numérique"

  • Le nouveau portail "Mon Manuel Scolaire Numérique"

    Imprimer

    ban3.pngUne quasi vingtaine d'éditeurs scolaires français lance un nouveau portail : "Mon Manuel Scolaire Numérique". Mais attention: les livres proposés ne sont pas gratuits, la plateforme redirigeant les intéressés vers l'éditeur du livre concerné. Cependant, les prix restent assez modiques dans l'ensemble. L'avantage est de voir regroupés un ensemble de manuels scolaires, et de pouvoir les télécharger sur une tablette ou un ordinateur par exemple. Du primaire au lycée, ceux-ci sont disponibles dans toutes les matières et pour tous les niveaux, même en vacances...

    Le Manuel Scolaire Numérique propose de nombreuses ressources supplémentaires (vidéos, sons, animations) et des fonctionnalités interactives, rendant ainsi la navigation plus ludique. Les éditeurs ont souhaité une ergonomie accentuée pour ce site facilitant l'appropriation par des enfants en situation de handicap par exemple (zoom ou écoute de textes sont ainsi rendus plus aisés). 

    Reste maintenant à savoir si les enfants vont s'approprier ce site, et notamment la lecture de manuels sur un écran...

    Jean-Philippe Accart

    Illustration extraite du site Mon Manuel Scolaire Numérique

     

  • Le livre à tous les coins de rue

    Imprimer

    Berlin.jpgLe livre papier résiste plutôt bien à la déferlante numérique, les dernières enquêtes en Europe et aux Etats-Unis montrent qu'il y a encore une place pour la lecture-loisirs, ou la lecture pendant les vacances et les voyages... 80 % des Français vont emporter un livre en vacances. De même dans les universités, les étudiants préfèrent encore étudier leurs livres de cours sur support imprimé. Le livre électronique (ou e-book) trouve une place pour la consultation rapide d'information, une vérification, un contrôle. Il s'agit plus là de "feuilletage".

    Si jusqu'à présent, la vue de livres exposés chez les bouquinistes et leurs étals sur les trottoirs n'avait rien d'étonnant (cependant, il y a de moins en moins de bouquinistes sur les quais de la Seine à Paris), ce qui l'est plus est la place prise par le livre dans l'espace public : de nombreuses initiatives dans les villes font qu'il investit qui un ancien abri de bus, qui une cabine téléphonique désaffectée, qui une piscine en été ou même à la plage ou au parc public. Le livre est ainsi mis à la disposition de tout un chacun, il circule, s'échange. Il devient un bien commun.

    Le phénomène s'amplifie car il existe des secteurs livres (ou parfois des bibliothèques) sur les lieux même où se trouvent des voyageurs : dans les aéroports (celui de Schilphol d'Amsterdam), les gares ou les métros des grandes villes : c'est le cas à Montréal où la station Berri-Uquam est directement relié à la Grande Bibliothèque. Ou à Berlin, qui met en place des distributeurs de livres et de friandises...

    Le livre s'expose aussi dans d'autres lieux publics : la boutique Sonia Rykiel à Paris sur le boulevard Saint-Germain est conçue avec des parois surchargés de livres ; des restaurants utilisent ce même type de décor. Certains hôtels ne sont pas en reste où les chambres sont de vraies bibliothèques (à Tokyo notamment). 

    Ainsi le livre est devenu un objet d'exposition, disponible et élément du décor urbain. Il est présent à tous les coins de rue.

    Jean-Philippe Accart

    Illustration : distributeur de livres à la station Alexanderplatz dans le métro de Berlin

  • La vie sur abonnement ou comment nous rendre captifs

    Imprimer

    prime.jpgPetit à petit, la vie quotidienne s'organise en fonction de personnes ou de machines qui pensent pour nous : même sans le savoir, nous sommes abonnés au travers de nos emails à un grand nombre de sites qui proposent des marchandises, des mises à jour logicielles obligatoires, des produits et auxquels il est parfois difficile de nous... désabonner. C'était le thème de l'émission Medialog de la RTS du samedi 7 avril : les exemples donnés sont édifiants et nous font mieux comprendre notre dépendance de plus en plus grande à des sociétés telles que Microsoft, Spotify ou Amazon (qui arrive bientôt en Suisse avec son abonnement Prime). L'exemple du streaming (en s'abonnant pour quelques euros par mois à un site fournisseur de musique) est particulièrement révélateur et fait que nous ne possédons pas ce que nous écoutons sur abonnement. La bonne vieille collection de disques ou de CDs n'est-elle qu'un souvenir, même si les disques vinyl reprennent du poil de la bête ?

    Tout se loue actuellement, du bien matériel à la culture (de plus en plus de livres sont accessibles en streaming également). Les abonnements à des sites nous sollicitent constamment et conditionnent une manière de vivre de plus en plus orientée par un nouveau modèle économique qui vise à nous rendre captifs.

    Jean-Philippe Accart

     

  • Trouver ce que l'on ne cherche pas... sur le Net

    Imprimer

    trefle_size2.jpgCe concept a pour nom sérendipité. La sérendipité n'est pas un concept nouveau, et il a fait (il fait encore) le bonheur de ceux qui fréquentent les bibliothèques ou les librairies : n'est-ce pas un grand bonheur que de trouver ce que l'on ne cherche pas ?... mais qui correspond forcément à une envie, un souhait plus ou moins ancien ou quelque chose d'enfoui. Le principe est un peu le même sur le Net : une recherche d'information amène à des résultats inattendus qui sont - parfois, mais de plus en plus souvent - guidés par les algorithmes qui analysent nos traces, et nous proposent ce que à priori, nous attendons. Mais cela reste assez incertain.

    Afin de mieux travailler cette question de "sérendipité virtuelle", Eric Briys, co-fondateur de la société Cyberlibris, pour la vente de bouquets d'ebooks en streaming, et par ailleurs auteur d'un excellent ouvrage aux Editions des Belles Lettres "D'or et d'airain. Penser, cliquer, agir" présente régulièrement sa bibliothèque numérique de la manière la plus originale possible et "réinvente" la sérendipidté, ceci afin de contrecarrer l'hégémonie des moteurs de recherche jugés souvent peu pertinents : il a ainsi travaillé à l'élaboration d'un algorithme qui analyse en temps réel la consultation de tel ou tel ouvrage dans sa bibliothèque numérique Bibliovox, quel que soit le site, et un autre algorithme qui classe les milliers d'ouvrages à disposition en un clic.  Le Learning Center de l'Université de Lille, Lilliad, propose ces découvertes à ses étudiants sur écran tactile, montrant ainsi en temps réel les livres électroniques consultés dans la collection proposée.

    Jean-Philippe Accart

    Illustration extraite du site Science pour tous

  • La biodiversité en héritage : 2 millions d'illustrations en ligne

    Imprimer

    Biodiversity-1.jpgLe site Open Culture a annoncé le 15 novembre dernier la mise en ligne d'un total de 2 millions d'illustrations en botanique et histoire naturelle en open access. Ce projet, intitulé "The Biodiversity Heritage Library", est né en 2005. Il consiste dans la numérisation des riches collections spécialisées de bibliothèques américaines et européennes dont la liste ne fait que s'accroître. Au niveau suisse, on retrouve des ouvrages célèbres tels la "Faune des vertébrés de la Suisse" (1899) de Victor Fatio ou "Flora der Schweiz" (1840) de Johannes Hegetschweiler. 

    A l'heure où l'on alerte sur la disparition des espèces animales et des dangers que court la nature dans son ensemble, cette initiative nous rappelle l'incroyable diversité de la flore et de la faune sur la planète. The Biodiversity Heritage Library est de loin le projet mondial de numérisation le plus important pour la littérature de la biodiversité.

    Jean-Philippe Accart

    Illustration extraite du site The Biodiversity Heritage Library

  • Le médiateur numérique, nouveau passeur d'information

    Imprimer

    bookalibrarian.jpgDans ce blog, il est souvent question des différents dispositifs mis en place pour assurer la transition numérique : des outils, des techniques, des découvertes. Portails d'information, sites web, bibliothèques numériques, intelligence artificielle, moteurs de recherche sont autant de moyens pour s'approprier le monde numérique. Une des conséquences de cette transition est la remise en question de certains métiers, passeurs traditionnels d'information, notamment les journalistes, les éditeurs, les imprimeurs, les bibliothécaires, tous ces métiers qui gravitent autour du livre et de l'imprimé.

    Ce qui est flagrant, c'est la transformation en cours de ces métiers qui deviennent tous, peu ou prou, des "médiateurs numériques" dans le sens où ils assurent un passage entre deux mondes qui cohabitent et se rejoignent parfois.

    Une conférence sur ce thème est organisée le 15 novembre prochain à l'Université de Genève (Unimail, salle 2220 - 12h15) par l'Association genevoise des bibliothécaires diplômés en information documentaire (AGBD), et j'aurai le plaisir de présenter mon dernier livre "La médiation à l'heure du numérique" (Editions du Cercle de la Librairie). L'entrée est libre.

    Jean-Philippe Accart

    Ill. extraite de ce site

  • Webstory.ch : lire, écrire et publier des textes en ligne

    Imprimer

    logo.pngNous avons tous une ou des histoire(s) à raconter: celle inspirée par nos parents, nos grands-parents, ou nos enfants ; nos voyages sont aussi une belle source d'inspiration (on ne compte plus le nombre de blogs éphémères) ; certains écrivent leur quotidien au fil d'un journal en ligne... Bref, en parallèle à la photographie personnelle qui s'expose de plus en plus sur les comptes Instagram, l'écriture en ligne (ou l'écriture sur le web), a peut-être de beaux jours devant elle.

    C'est certainement ce qui a motivé Helena Zanelli, fondatrice du site webstory.ch, initiative prometteuse et originale. Il s'agit d'une plateforme d'écriture, qui permet à la fois d'écrire et de publier, mais aussi de lire de nouveaux textes, sur son mobile par exemple. Avec Internet, les textes courts sont privilégiés et s'adaptent complètement à ce média. Webstory.ch permet d'être webreader, webwriter, ou les deux à la fois. Plusieurs possibilités d'abonnements sont proposées et vont être développées. 

    Non contente d'offrir cette plateforme, la créatrice lance depuis 2012 un concours annuel d'écriture avec des thématiques différentes (en 2016, le polar) sous la houlette d'un jury. Le concours 2017 devrait être annoncé prochainement.

    Jean-Philippe Accart

  • Changements numériques et rôle social des bibliothèques

    Imprimer

    080-zbz-2.jpgC'est le thème d'un reportage de la RTS dans l'émission Intercités du 4 novembre dernier intitulé "Hyperconnectées, les bibliothèques font leur mue" avec trois représentants de bibliothèques, celui de la ZentralBibliothek de Zürich, de Jeannette Frey (directrice de la BCU Lausanne) et de moi-même, en tant que directeur de la Bibliothèque de l'Ecole hôtelière de Lausanne.

    Le journaliste Etienne Kocher, visitant une des plus grandes bibliothèques de Suisse - la ZB Zürich et ses 2 millions d'ouvrages papier - était frappé de ne trouver aucun livre dans les nouvelles salles d'accueil du public. D'où la question : "Le livre n'a-t-il plus cours ?"... Vaste question qui demande plusieurs réponses et développements. Les trois représentants de bibliothèques sollicités vont tous dans le même sens : il y a effectivement de nombreux changements en cours dans les bibliothèques avec l'arrivée du numérique, des e-books, des réseaux sociaux (Mme Frey indique d'ailleurs à juste titre que le numérique entraîne une sorte d"'invisibilité" des ressources disponibles puisqu'en ligne), mais nous sommes vraiment dans une période intermédiaire où le "tout numérique" n'est encore pas rentré dans les habitudes. C'est notamment vrai des étudiants (à la BCUL ou à l'Ecole hôtelière) qui, bien qu'hyperconnectés, préfèrent encore les livres papier pour leurs révisions ou des lecteurs d'une bibliothèque publique qui vont lire le dernier prix littéraire dans sa version traditionnelle.

    Même si le numérique est en marche, et c'était l'objet de mon intervention, il est notable de constater que de nouvelles bibliothèques sont construites en Europe ou rénovées. L'importance du "lieu bibliothèque" dans une ville, sur un campus universitaire est même renforcée par l'entrée du numérique, car le besoin d'un véritable "lieu social" et d'échanges n'a jamais été aussi fort.

    Jean-Philippe Accart

    Photo : la ZentralBibliothek Zürich

  • Un nouveau site d'édition numérique à Genève, l'Officine numérique

    Imprimer

    lecturenum.jpgL’Officine numérique est un nouveau site d’édition numérique qui sera présenté lors du Salon du Livre de Genève par la Bibliothèque de Genève. Il est consacré aux éditeurs genevois et sera opérationnel en septembre 2016.

    Ce site est réalisé sous la houlette de la Bibliothèque de Genève en étroite collaboration avec la Librairie Droz, les Éditions Héros-Limite, les Éditions Labor et Fides et les Éditions Zoé. 250 textes seront mis à disposition en streaming et téléchargeables en format epub. Le site est destiné à accueillir d'autres publications et d'autres éditeurs. Belle initiative donc qui rapproche le lecteur et le livre, au bénéfice de la lecture numérique.

    Jean-Philippe Accart

    NB: Une présentation du site aura lieu sur le Stand du Cercle de la Librairie et de l’Édition Genève

     

  • Le "cabinet de curiosités" réinventé avec WonderAlp

    Imprimer

    wonderalp.jpgWonderAlp a été lancée l'automne dernier par Claude Reichler de  l'université de Lausanne: c'est une nouvelle application d’un cabinet de curiosités interactif qui met sous un jour nouveau ces fameuses collections de curiosités des XVIIe et XVIIIe siècles.

    Les objets exposés sous forme d'images proviennent  de l’ouvrage de Johann Jakob Scheuchzer  Itinera per Helvetiae alpinas regiones (1723) et de celui de Johann Gerhard Andreae, paru en 1776, les Briefe aus der Schweiz, tous deux richement illustrés. L’application comprend trois espaces : « Les dragons des Alpes », « Fossiles et cristaux », « Des plantes aux paysages » avec chacun 12 écrans ; il est possible de zoomer sur les images, accompagnées chacune d'audios. Les objets sont décrits grâce à des étiquettes. En bref, c'est à une véritable lecture enrichie (ou lecture augmentée) et une redécouverte de ces curiosités auxquelles nous sommes conviés.

    Jean-Philippe Accart

    L'application WonderAlp est disponible dans GooglePlay et pour iPhone et iPad

    Conception de l'application par l'agence Bread & Butter (Lausanne)

  • Le savoir se trouve-t-il sur Internet ?

    Imprimer

    internet.pngCette question - qui amène un certain nombre de réponses - est posée dans le blog de Yann Houry le 14 février dernier. La discussion et les points évoqués sont quelque peu différents de ceux que je souhaite aborder ici. 

    Il semble qu'il y ait une certaine confusion dans le public et le monde du travail autour de cette question. La 1ère confusion à mon sens est celle sur le terme savoir: si l'on trouve en effet beaucoup d'informations sur Internet, voire des ouvrages et des articles numérisés en texte intégral, cela ne dit rien sur leur provenance, ni sur la véracité ou la fiabilité de ce qui est exposé. Qu'est-ce qui va déterminer le choix de telle ou telle information pour un adolescent ou un étudiant qui doit rédiger une étude ou un mémoire ? De même un cadre ou un dirigeant d'entreprise ou politique sont-ils sûrs des données et des résultats fournis suite à une recherche sur Internet ? Rumeurs, fausses informations, désinformation sont le lot quotidien des réseaux.

    La 2ème confusion ou illusion est justement qu'Internet nous fait croire que nous sommes au fait des informations, que nous n'avons pas besoin d'intermédiaires pour y accéder et comprendre ce qui est fourni. Or, nous n'avons jamais eu plus besoin d'être accompagné, conseillé pour savoir comment se diriger dans cet océan d'informations qu'est Internet maintenant. Les professions d'enseignants, d'éditeurs, de bibliothécaires, de journalistes - tous passeurs d'informations - sont plus que jamais essentielles et utiles à la société, malgré leurs disparitions annoncées pour être remplacées par ... Internet.

    Jean-Philippe Accart

    suivez-moi sur Twitter: @jpaccart

    illustration extraite de bonjouridee.com 

     

     

  • Un manuscrit chinois du 17ème siècle livre ses secrets grâce à la numérisation

    Imprimer
    cambridgecalligraphy5.jpgLa bibliothèque de Cambridge University vient de rendre disponible au public sous forme numérique un manuscrit chinois extrêmement rare et précieux, qui, au vu de sa fragilité, ne pouvait être ni ouvert, ni consulté. Il s'agit du "Manuel de la calligraphie et de la peinture" (Shi zhu zhai shu hua pu).
     

    Ce livre date de 1633 est le plus ancien exemple connu de xylographie polychrome, inventé par Hu Zhengyan. La technique, aussi appelée douban, utilise plusieurs clichés appliqués successivement avec des encres différentes afin d'obtenir l'apparence d'une aquarelle peinte à la main. Le site de Cambridge explique que ces tirages douban sont admirables, avec des gradations de couleur  qui font que ce livre est «peut-être le plus bel ensemble de tirages jamais effectués

    Le manuel contient huit catégories présentant des oiseaux, orchidées, bambous, fruits, pierres, dessins à l'encre. En plus de Shi zhu zhai shu hua pu, la bibliothèque a numérisé d'autres ouvrages de ses collections chinoises un texte bouddhique daté entre 1127 et 1175 et un billet de banque du 14ème siècle qui menace les faussaires de décapitation.
     
    Jean-Philippe Accart
     
    Pour plus d'informations, voir ce site
  • Le "Tombouctou Manuscripts Project" ou le sauvetage d'un patrimoine fascinant

    Imprimer

    tombouctou.jpgTombouctou a fasciné et fascine des générations entières de curieux, de lecteurs ou de passionnés d'Afrique. L'histoire des manuscrits de Tombouctou, sauvés du pillage et de la destruction par la population malienne, est exemplaire. La technologie numérique et des projets d'envergure envers cet héritage culturel inappréciable viennent à son secours depuis déjà une dizaine d'année, dont notamment le "Tombouctou Manuscripts Project" bénéficiant du support de Gerda Henkel Stiftung et de l'Université de Cape Town: traduction et numérisation de textes juridiques anciens ont été ou sont en cours de réalisation ; équipes de recherche constituées ; publications et conférences. Ce projet a révélé l'existence d'autres manuscrits dans des parties de l'Afrique telles que la Somalie ou Madagascar ou encore le Mozambique.

    La bibliothèque de l'Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID) à Genève accueille en ce moment une exposition photographique, organisée par l’Organisation internationale de la Francophonie, et qui présente des manuscrits issus de l’exceptionnel patrimoine culturel présent au Mali, notamment à Tombouctou. Des panneaux explicatifs et un film accompagnent les photographies de ces manuscrits, patrimoine de l'humanité.

     

  • L'éducation passe (aussi) par le numérique

    Imprimer

    illustration_site.jpgL'école est - ou devrait être - en première ligne pour faire en sorte de proposer aux enfants, adolescents et jeunes adultes des ressources numériques, de faire en sorte que celles-ci soient utilisées à bon escient afin, pourquoi pas ?, d'en produire de nouvelles. Les outils sont nombreux et connus : l'encyclopédie en ligne Wikipedia s'est beaucoup améliorée pour devenir incontournable aux yeux de bien des écoliers et...des parents; des ouvrages sont publiés en tant que livres électroniques (E-Books) ou même des bandes dessinées numériques ; des cours sont en ligne (ce que l'on appelle maintenant des Moocs ) surtout pour les étudiants ; les réseaux sociaux Facebook ou Twitter peuvent également être utilisés comme outils pédagogiques ; de nombreux sites Internet proposent des révisions et des aides aux élèves. Et enfin, dernier exemple, il existe une Bibliothèque numérique des enfants. Si les enseignants et professeurs sont mis à contribution, il apparait évident que dorénavant l'éducation passe (aussi) par le numérique.

    Voir aussi : Les Cahiers pédagogiques "Enseigner en primaire avec le numérique" ou IDboox "Le numérique à l'école

  • Genève inaugure son Labo Cité

    Imprimer

    labocite.jpgVendredi 19 septembre, en présence de l'écrivain Pierre Assouline, les Bibliothèques municipales de Genève inaugurent leur "Labo Cité", profitant des travaux de rénovation de la Bibliothèque de la Cité. Les BM innovent régulièrement, on peut le constater avec leur service de questions/réponses performant InterroGE dont nous avions parlé ici.

    Mais qu'est-ce qu'un Labo Cité me direz-vous ? Il s'agit d'offrir au public un lieu d'expérimentation un peu différent (mais complémentaire) de ce que peut offrir une bibliothèque, à l'image du concept très en vogue comme le Lab de l'Institut Google à Paris ou des FabLab qui existent dans certaines bibliothèques. Comme indiqué sur leur site,  c'est "un lieu d’échange et de réflexion autour des nouvelles pratiques digitales et de leur impact sur la lecture, l’écriture et l’accès à la connaissance."

    Vu comme un espace modulable équipé de wi-fi, de liseuses, de postes PC et de tablettes numériques,  accessible à toutes et à tous, adeptes ou non des nouvelles technologies, le Labo Cité est animé par des professionnels de l'information qui seront vos guides. L'offre actuelle : une sélection de jeux vidéo, des formations et des ateliers de création numérique, des conférences, des débats et des animations pour adultes et jeune public, ou  passer un moment de détente, ludique ou d’exploration.

     

    A découvrir donc !

  • Fondation Bodmer: un trésor bientôt numérisé

    Imprimer

    bodmer.jpgLa Fondation Bodmer est un musée, mais également une bibliothèque privée dont le fonds rassemblé par Martin Bodmer compte quelque 150 000 ouvrages: son rêve était de constituer une « Bibliothèque de la littérature mondiale ». Des chercheurs du monde entier viennent consulter des ouvrages parfois uniques au monde tels le manuscrit original des Cent Vingt Journées de Sodome du Marquis de Sade, des centaines de manuscrits occidentaux et orientaux, 270 incunables (imprimés antérieurs à 1500), parmi lesquels l'un des rares exemplaires de la Bible de Gutenberg. Elle possède aussi des partitions originales, comme l'allegretto en si mineur pour quartet à cordes de Beethoven dédicacé au collectionneur et voyageur Richard Ford (source Wikipedia).

    L'Université de Genève est en train de numériser ce fonds inestimable afin de le rendre accessible sur Internet.  Le projet de numérisation est soutenu financièrement par la Fondation Schmidheiny et réalisé en collaboration avec la Fondation Martin Bodmer de Cologny.

    Photo Genève Tourisme

  • Les romans de Simenon cartographiés grâce à la géolocalisation

    Imprimer

    maigret.gifLa géolocalisation, c'est ce qui vous permet de trouver une adresse sur un plan grâce à Google Maps / Google EarthMapsearch ou Mappy. Les réseaux sociaux type Facebook ou Twitter proposent de vous "géolocaliser", indiquant ainsi le lieu où vous vous trouvez quand vous êtes connecté. De même, votre smartphone préféré vous géolocalise à tout instant...

    Une autre application inattendue de cette technologie est la cartographie littéraire: j'avais consacré il y a quelques semaines un article à la possibilité de se promener en Touraine grâce à une carte interactive signalant les lieux où Ronsard et Rabelais situent leurs romans et leurs héros.

    Plus proche de nous, il est possible maintenant grâce à la librairie en ligne Feedbooks de suivre Maigret à la trace : cette librairie numérique a eu l'ingéniosité d'indiquer sur une première carte de France les crimes résolus par Maigret et sur une seconde à Paris... ce qui amène à constater que Georges Simenon a sillonné la France d'Antibes à La Rochelle ou au Havre. A Paris, de nombreux crimes ont lieu à proximité du métro Lamark-Caulaincourt...

    Faut-il le rappeler ? Maigret, c'est 75 romans et 28 nouvelles, plus de 500 millions d'ouvrages vendus dans le monde. Il a été traduit dans 55 langues (chiffres extraits de l'article Georges Simenon sur Wikipedia).

    Vous pouvez découvrir vos auteurs français préférés sur le site Cartographie littéraire de la France

    A quand une cartographie littéraire de Genève et de la Suisse ?

    Illustration Repérages

  • BNR: la Bibliothèque Numérique Romande

    Imprimer

    bnr.pngIssue d'une initiative privée ou plus exactement associative par des passionnés de littérature ("les Bourlapapey"...!), la Bibliothèque numérique romande propose des livres numériques ou e-books gratuits en ligne. Le choix opéré est la littérature suisse romande d'expression française, mais l'on trouve également de la littérature française. Les ouvrages ainsi proposés sont des oeuvres classiques tombées dans le domaine public. Il est possible de les télécharger librement donc, mais pour un usage non commercial, la précision est d'importance pour les lire sur votre laptop, tablette, liseuse ou smartphone.

    Bien que modeste avec 220 e-books, le site renvoie sur d'autres bibliothèques numériques au choix plus large. Sont également dispensés des conseils pour profiter au mieux de la lecture numérique sur écran. Il est possible de contribuer à cette initiative en fournissant une aide intellectuelle ou financière, un appel est lancé pour participer !

    Bonne découverte !

  • Votre bibliothèque dans les nuages ou le livre en streaming

    Imprimer


    streaming2.pngLe streaming
    consiste à être abonné à un service qui vous propose l'achat sur abonnement d'un morceau de musique, de films ou de vidéos. La particularité de ce service est que vous ne possédez rien, vous pouvez simplement consulter et consommer des produits culturels, à tout moment et en tout lieu... En Europe, Spotify (pour la musique) compte 20 millions d'abonnés, ou Deezer ou encore Netflix qui pour 10 dollars par mois vous propose des milliers de films à visionner.

    Le livre en streaming apparaît comme le prochain marché à prendre: plusieurs modèles sont déjà sur le marché et vont permettre la vente en bouquet à partir d'un choix de livres, ou la lecture au chapitre et au mot-clé, l'impression à la demande... le choix est infini pour tout type de lectures possibles, chez soi, en route pour le bureau, en voyage. Les premiers à se lancer sont Cyberlibris avec 15 000 titres disponibles pour 9,90 euros par mois, ou Youboox première plateforme française avec 50 000 titres pour également 9,90 euros mensuels (il existe plusieurs abonnements possibles). Citons également Publie.net pour la littérature ou Storyplay'r pour la littérature pour enfants de 3 à 8 ans ; Izneo ou Sequencity pour la BD numérique...

    Voilà donc un avenir ambitieux qui se dessine pour le livre numérique... mais il reste encore une place pour nos bonnes vieilles bibliothèques !

    Articles consultés :

    - "Le livre au siècle du nuage" / Frédérique Roussel, Le Temps, 1er février 2014

    - "Les livres passent au streaming" / Lucie Ronfaut, Le Figaro, 2 octobre 2014

    Illustration L'Atelier

    Suivez-moi sur Twitter: @jpaccart