• Dans le secret des bibliothèques privées

    Imprimer

    bibliothèques_privees.jpgLes bibliothèques publiques, patrimoniales, scientifiques sont bien implantées et nombreuses en Suisse : rien que pour la ville de Genève, on dénombre 9 millions de documents *, ce qui est un chiffre qui dépasse ce que possède bien des villes comparables dans le monde.

    La revue "Domus Antica Helvetica" dans son son bulletin #70, 12/2019 a la bonne idée d'éditer un dossier spécial consacré aux bibliothèques privées et historiques en Suisse et les découvertes sont nombreuses. Quelques exemples après une introduction détaillée de Mme Marie-Christine Streuli :

    - la bibliothèque du Reposoir (Château du Reposoir, commune de Prégny-Chambésy, 1750), soit 2800 ouvrages ;

    - la bibliothèque du château d'Oron (Commune d'Oron-le-Châtel), 18 000 romans publiés à Paris entre 1750 et 1815 ;

    - la bibliothèque du Sprecherhaus (Commune de Maienfeld), 23 000 volumes répartis dans cinq pièces, le plus ancien datant de 1282 ;

    Et d'autres encore, le château de Burgistein(Canton de Berne, famille Von Graffenried) ou le très étonnant "Cabinet de littérature sentimentale" à Soleure.

    Ces bibliothèques privées sont le reflet de l'histoire d'une famille généralement bourgeoise ou aristocrate, d'érudits ou d'une succession de propriétaires qui ont racheté l'entièreté des biens d'une demeure. Certaines collections voient le jour avec Les lumières, les oeuvres de Voltaire ou Rousseau. Elles sont aussi le reflet d'une histoire de la Suisse, au milieu de l'Europe et refuge de bien des collectionneurs.

    Jean-Philippe Accart

    * voir la page Livres et bibliothèques à Genève sur le site de la Ville de Genève

  • Genève, la Ville-Monde

    Imprimer

    geneva.jpgPhilippe Burrin, personnalité de la Genève internationale, laisse sa place de directeur de l'IHEID et livre, dans son discours de départ, sa vision de Genève comme ville-monde. On peut trouver son discours in extenso sur le site d'Heidi News et c'est passionnant ! 

    Il débute son propos en citant Dostoïevski, un temps résidant genevois et qui en dresse un portrait pour le moins contrasté où l'on reconnait assez peu la Genève actuelle. L'arrivée de la Société des Nations (SDN) change bien évidemment ce portrait et insère Genève - et la Suisse ! - dans le concert des nations après la 1ere Guerre mondiale, ce qui ne s'est pas démenti depuis. P. Burrin cite à bon escient l'influence de Paul Otlet, père de la documentation et universaliste de renom, voyant dans Genève, la future capitale du monde (la Cité mondiale).

    Ce projet n'aboutit pas, mais après 1950, l'ONU installe son agence européenne, et 184 organisations internationales voient le jour, occupant quelque 25 000 fonctionnaires internationaux...

    Et enfin, pour citer Philippe Burrin lui-même : "La ville tient une place de premier plan dans le système de gouvernance globale parce qu’elle est à la fois une enceinte de négociation multilatérale et un centre d’opérations qui s’étendent au monde entier (travail, migrations, santé etc). Elle est à la fois l’une des plus petites villes mondiales et l’une des plus importantes, sinon la plus importante par rapport à sa population."

    Jean-Philippe Accart

     

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève, Histoire, Humeur, Temps 0 commentaire