Annemarie Schwarzenbach : "Départ sans destination"

Imprimer

Annemarie-Schwarzenbach_c103c35415.jpgC'est le titre de l'exposition photographique que le Centre Paul Klee à Berne consacre à cette voyageuse impénitente que fut la Zürichoise à partir des années 1930. A la fois voyageuse, écrivaine et journaliste, elle est aussi photographe et témoigne donc de son temps au travers de son Leica.

Les Archives littéraires suisses conservent 7 000 de ses clichés, dont certains sont en ligne, et c'est un vrai bonheur de naviguer de l'Orient à l'Afrique et aux Amériques avec elle, en compagnie parfois d'une autre voyageuse célèbre, Ella Maillart (elles accomplirent ensemble en 1939 un voyage qui les mena en Iran et en Perse à bord d'une Ford).

Annemarie Schwarzenbach écrit beaucoup (plus de 300 articles parus dans la presse suisse de l'époque) et accompagne ses textes de ses propres photos, très révélatrices des différents moments des nombreux voyages effectués : scènes de voyages, traversée d'un fleuve, personnages typiques notamment Orientaux, des mosquées ou les célèbres Bouddhas de Bamiyan... Elle préfigure en fait le métier de reporter et son oeuvre reste à (re)découvrir.

Jean-Philippe Accart

Image : www.zpk.org

Commentaires

  • Anne-Marie Schwarzenbach, qu’on nous présente souvent comme une photographe ou une journaliste, était avant tout une écrivaine ! Et une écrivaine exceptionnelle. Lisez « La Vallée heureuse » (L’Aire), « Nouvelle lyrique » (Verdier), « Orient exils », « La mort en Perse » et « Où est la terre des promesses », pendant de « La voie cruelle » d’Ella Maillart, qui donne sa version de leur voyage en Afghanistan, (les trois chez Payot), ou encore « Voir une femme » (Métropolis), inédit découvert dans ses archives, coming out dans lequel elle dévoile très librement son homosexualité, et vous serez convaincus !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel