La bibliothèque itinérante de Napoléon

Imprimer

Napo.jpgNapoléon, grand lecteur, aimait partir en campagne ou en déplacement  avec sa bibliothèque personnelle, selon les historiens. Comme il souhaite avoir à sa disposition un choix conséquent d'ouvrages divers, il fait concevoir spécialement pour lui, des bibliothèques itinérantes (voir illustration) pouvant contenir des ouvrages de petits formats, avec un dos relié, en cuir très souple, très manipulables.

En juillet 1803, il passe ainsi commande à Antoine-Alexandre Barbier, son bibliothécaire particulier :  « C’est l’intention de Sa Majesté de faire imprimer ces œuvres pour son usage spécial et afin d’économiser l’espace, qu’il n’y ait pas de marge ». Ces ouvrages sont contenus dans des caisses recouvertes de cuir et garnies de velours. Une caisse contient alors soixante petits volumes et un catalogue permet de les retrouver.

Tout jeune, et pas encore empereur, Bonaparte entretient des relations étroites avec plusieurs éditeurs afin d'obtenir des ouvrages. L'éditeur Borde à Genève lui fournit ainsi les écrits de Jean-Jacques Rousseau. Plus tard, pendant la campagne d'Egypte, il emporta avec lui les titres suivants:

- Le cours d'études par Condillac,
- Les Œuvres diverses d Arnaud,
- Les Essais de Bacon,
- De l'influence des passions par Mme de Staël,
- Les visions philosophiques par Mercier

Installé ensuite à Malmaison avec Joséphine de Beauharnais, il crée sa bibliothèque personnelle de 5 à 6 000 ouvrages, qui furent ensuite dispersés. Seuls quelques-uns partirent avec lui lors de son exil à Saint Hélène.

Jean-Philippe Accart

Voir aussi cet article : lien

 

Commentaires

  • Les ancetres du livre de poche... Si Napoléon donnait autant d`importance a la lecture, c`est qu`il ne devait pas etre un mauvais homme malgré tout le mal qu`on dit souvent de lui aujourd`hui. En contraste, l`un de ses maréchaux, le prince Joachim Murat, s`était aussi fait fabriquer des bagages spéciaux a emporter dans les campagnes: des chars attelés aménagés pour transporter sa collection de parfums en flacons et d`uniformes d`apparat. Lors de la retraite de Russie, des cosaques avaient réussi a mettre la main sur le char a parfums et, croyant qu`il s`agissait de sirupeux, se sont soulés avec.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel