• Pourquoi voyager ?

    Imprimer

    voyage-slider-300x188.jpgMême si nos envies de voyage ont dû être revues drastiquement (et parfois carrément supprimées), la question du voyage se pose. En effet, pourquoi voyager ? Depuis plus d'un an, valises, bagages et sacs de voyages reposent au fond des placards et des caves.  La plupart des Européens ont choisi (ou pas) de passer leurs vacances dans leur propre pays. En grande majorité et durant des périodes "normales", voyager loin de chez soi n'est cependant pas une pratique si courante que l'on croit.

    Ainsi, 94% des Français en 2020 sont restés... en France, et probablement les Suisses également. Les "grands" voyageurs ont une envie certaine de repartir, mais restent prudents. Ils redoutent la pagaille, la désorganisation et au final, de ne pas retrouver ce qu'ils ont connu.

    Voyager ne veut pas forcément dire "voyager loin", on peut aussi voyager par les livres, les films, les rencontres. Le voyage initiatique est toujours à la mode ("voyager forme la jeunesse"), mais il semble que le voyage soit lié au mode de vie de nos sociétés, au travail (comme une sorte d'échappatoire). Le tourisme en lui-même est devenu très narcissique, car l'on affiche ses photos sur Instagram ou Facebook, ce qui entraine l'arrivée de masses de touristes sur les mêmes sites.

    L'impact écologique est devenu un des enjeux majeurs du voyage : voyager moins loin ou plus longtemps (afin de prendre des moyens de transports moins dévoreurs d'énergie), réfléchir à deux fois avant de prendre l'avion. Toutes ces questions se posent à l'heure actuelle.

    Jean-Philippe Accart

    Voir aussi : Fil Santé Jeunes et Pourquoi voyager nous manque-t-il tant ? (Les Echos Weekend, n°257, p.67)

  • La bibliothèque itinérante de Napoléon

    Imprimer

    2649800268.jpgNapoléon, grand lecteur, aimait partir en campagne ou en déplacement  avec sa bibliothèque personnelle, selon les historiens. Comme il souhaite avoir à sa disposition un choix conséquent d'ouvrages divers, il fait concevoir spécialement pour lui, des bibliothèques itinérantes (voir illustration) pouvant contenir des ouvrages de petits formats, avec un dos relié, en cuir très souple, très manipulables.

    En juillet 1803, il passe ainsi commande à Antoine-Alexandre Barbier, son bibliothécaire particulier :  « C’est l’intention de Sa Majesté de faire imprimer ces œuvres pour son usage spécial et afin d’économiser l’espace, qu’il n’y ait pas de marge ». Ces ouvrages sont contenus dans des caisses recouvertes de cuir et garnies de velours. Une caisse contient alors soixante petits volumes et un catalogue permet de les retrouver.

    Tout jeune, et pas encore empereur, Bonaparte entretient des relations étroites avec plusieurs éditeurs afin d'obtenir des ouvrages. L'éditeur Borde à Genève lui fournit ainsi les écrits de Jean-Jacques Rousseau. Plus tard, pendant la campagne d'Egypte, il emporta avec lui les titres suivants:

    - Le cours d'études par Condillac,
    - Les Œuvres diverses d Arnaud,
    - Les Essais de Bacon,
    - De l'influence des passions par Mme de Staël,
    - Les visions philosophiques par Mercier

    Installé ensuite à Malmaison avec Joséphine de Beauharnais, il crée sa bibliothèque personnelle de 5 à 6 000 ouvrages, qui furent ensuite dispersés. Seuls quelques-uns partirent avec lui lors de son exil à Saint Hélène.

    Jean-Philippe Accart