Les étés d'avant aux Bains des Pâquis

Imprimer

Paquis_02-700.jpgEn cette année 2021, l'été a fait faux bond, il est passé par là et repassera peut-être. Nul ne sait, la météo est capricieuse. Il est cependant possible de se rappeler les étés d'avant où la température élevée entraine tout le monde à se rafraichir et à profiter de l'eau. Alors quoi de mieux que les Bains des Pâquis, lieu emblématique genevois s'il en est. Faut-il rappeler les 500 m de plage en pleine ville, son SPA et ses événements culturels réguliers ?

La bibliothèque patrimoniale de la ville, la Bibliothèque de Genève et son centre iconographique, conserve une collection de photographies anciennes que vous pouvez découvrir chaque samedi dans l'édition de la Tribune de Genève, rubrique "Genève au fil du temps". Créés en 1872, suivant en cela la vogue des bains que connait toute l'Europe, les Bains des Pâquis ont la particularité d'être en pleine ville, et leur mode ne se dément pas de génération en génération. Privés tout d'abord, la Ville de Genève en devient propriétaire en 1890. De nombreuses villes suisses offrent la possibilité de se baigner en plein centre ville : aux bords de l'Aare à Berne, ou sur le lac de Zürich. Une manière d'être proche de la nature.

Jean-Philippe Accart

Illustration : Frank-Henri Jullien, Genève, bains des Pâquis, 1932
Négatif positif noir/blanc sur plaque de verre, 13×18 cm, Bibliothèque de Genève inv. vg n13x18 07682

 

Commentaires

  • Tout ce qui vante les merveilleux Bains des Pâquis, que je fréquent depuis mon adolescence, il y a 70 ans, mérite félicitations.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel