Technologie

  • "Que sais-je?" : une octogénaire sur Youtube

    Imprimer

    que-sais-je-128-secondes-youtube.jpgIl n'y a pas d'âge pour se lancer sur les réseaux sociaux. La célèbre collection "Que sais-je ?" toujours bien vivante, déjà présente en format entièrement numérique - ce qui, au passage, est bien pratique pour les étudiants et les enseignants - lance sa chaîne Youtube dans un format inédit. Est-il utile de préciser que la collection, créée en 1941, est donc octogénaire...

    Appartenant au groupe Humensis, la chaîne proposera des formats vidéo courts, de 128 secondes correspondant aux 128 pages de chaque volume édité. Cinq épisodes seront publiés chaque semaine et diffusés via les réseaux sociaux. Ils seront tous inspirés d’un titre de la collection. Une première vidéo en date du 18 octobre aborde le thème des légendes urbaines.

    Pour son anniversaire, c'est un beau cadeau offert à la célèbre collection.

    Jean-Philippe Accart

     

  • Entrez dans l'univers du Béjart Ballet Lausanne en ligne

    Imprimer

    bbl.jpgL'univers de la danse n'est pas à la fête, à l'instar des autres arts du spectacle ! Pour pallier ce manque ou l'attente du public, le Ballet Béjart Lausanne lance plusieurs initiatives qui retiennent toute l'attention des amateurs et des amoureux de la danse. Sur la page Facebook du ballet, il est possible de visionner quelques ballets en ligne (le prochain, la Flute enchantée du 16 au 19 avril). Il est également possible de s'abonner pour une trentaine de francs à la télévision Bejart.tv : sur scène et derrière le rideau, c'est toute la vie de la troupe qui apparait sous nos yeux. L’abonnement sera alimenté par des documentaires, des « Coups d’œil-Clins d’œil » de ballets du répertoire, des vidéos d’archives et d’autres propositions filmographiques.

    Jean-Philippe Accart

  • Nom de code : Lontad. La numérisation des Archives de la SDN

    Imprimer

    SDN.jpgLa Société des Nations (SDN) a été créée à Genève en 1919 après la Première Guerre mondiale : c'est la première organisation intergouvernementale pour la paix et la coopération, qui a conduit à une institutionnalisation des relations internationales telles que nous les connaissons. Ses activités sont reprises ensuite en 1946 par l'Organisation des Nations-Unies (ONU). Les archives de la SDN sont déposées à l'ONU qui a commencé en 2018 leur numérisation.

    Quelques chiffres-clés : les archives de la SDN représentent 15 millions de pages, 500 000 unités documentaires et mesurent près de 3 kilomètres linéaires. En 2009, l'importance historique des archives de la Société des Nations est reconnue par l'UNESCO, avec son inscription sur le Registre de la Mémoire du monde. Elles témoignent de la coopération entreprise par les diplomates, les agents et les premiers fonctionnaires internationaux pour garantir la paix et la sécurité.

    Le projet Lontad - nom de code du projet de numérisation - court jusqu'en 2022, ce qui rendra ainsi possible l'accès à ces archives aux chercheurs, historiens et au grand public.

    Jean-Philippe Accart

    Illustration : Archives de la Société des Nations dans la salle de lecture John D. Rockefeller à l'Organisation des Nations Unies de Genève.

  • Les 20 ans de Wikipedia

    Imprimer

    Cette semaine voit l'anniversaire de la création de l'encyclopédie libre en ligne il y a 20 ans, Wikipedia. Très décriée à ses débuts comme peu crédible, elle est maintenant utilisée par toutes et tous, de 7 à 77 ans, voire plus. Elle a même détrôné les grandes encyclopédies universelles telle l'Universalis (qui existe toujours cependant sous format numérique, mais a abandonné sa forme papier).

    Il est vrai que le format numérique est particulièrement adapté à ce type d'outil bibliographique, notamment pour la mise à jour des informations, plus souple et moins coûteuse que le recours à des éditions papier successives. Même si les encyclopédies reliées, avec de nombreux volumes ont fait les beaux jours de certaines bibliothèques (personnelles ou publiques), Wikipedia y a mis fin.

    Le modèle économique de Wikipedia est fondé sur l'écriture d'articles par des bénévoles, articles qui sont ensuite revus, corrigés ou amendés par une communauté *.  Les articles de l'encyclopédie peuvent être copiés librement, tout en citant bien sûr la source. A l'heure actuelle, Wikipedia en français, c'est plus de deux millions d'articles et plus de 20 000 contributeurs. L'article sur Genève est particulièrement complet et sa dernière mise à jour date du 18 janvier 2021.

    Jean-Philippe Accart

    Pour aller plus loin, voir l'ouvrage de Guy Delsaut, aux Editions Klog, et celui de Rémy Mathis aux éditions First consacrés à Wikipedia

    * Certaines bibliothèques organisent périodiquement des ateliers d'écriture Wikipedia, telle la Bibliothèque de Genève

  • Le nouvel horizon des bibliothèques suisses

    Imprimer

    slspreal.pngLe 7 décembre prochain, la presque totalité des grandes bibliothèques scientifiques suisses (Universités, Grandes et Hautes écoles) vont utiliser un nouveau système de gestion intégré (SIGB) qui, pour le public, s'appellera "Swisscovery" (un outil de découverte adapté à la Suisse). A Genève, sont concernés principalement la Bibliothèque de Genève, l'Université de Genève et les Hautes écoles (HEPIA; HEAD; HETS; HEG...). Ce système va remplacer les systèmes existants Rero et Nebis.

    Swiss Library Service Platform (SLSP) est la plateforme qui va gérer ce système et les nouveaux services qui sont intégrés, notamment le prêt entre bibliothèques. Ainsi, depuis presque deux années, 475 bibliothèques scientifiques et 2500 bibliothécaires travaillent d'arrache-pied pour la réussite du projet SLSP. La société SLSP AG dont le siège est à Zürich réunit tous les partenaires concernés qui en sont actionnaires. La Confédération helvétique finance également ce projet d'envergure.

    C'est un changement de paradigme avec l'arrivée de cette nouvelle plateforme nationale de services. Pour celles et ceux qui voudront emprunter des documents ou les faire venir chez eux ou dans leur bibliothèque, il faudra se réinscrire (le mieux est de consulter la page web de sa bibliothèque). Des millions de documents seront ainsi accessibles et consultables pour la partie ressources électroniques (en étant affilié à une université).

    C'est donc un nouvel horizon qui s'annonce pour les bibliothèques suisses.

    Jean-Philippe Accart

  • L'art se met au virtuel

    Imprimer

    pompei-750.jpgPar ces temps où le voyage est devenu plus compliqué ou difficile à réaliser, il existe des moyens de découvrir des lieux historiques ou des expositions depuis son propre salon ou à distance. La technologie de la réalité virtuelle ou celle de la réalité augmentée sont alors utilisées, ce qui demande d'être équipé d'un casque adéquat. Certains Escape Game proposent aussi des jeux avec la réalité virtuelle.

    Le Grand Palais à Paris a prolongé jusqu'au 2 novembre 2020 son exposition sur Pompéi. La revue Arts in the City décrit l'expérience virtuelle vécue par un de ses journalistes : "Le visiteur se retrouve au cœur d'une somptueuse domus pompéienne pour observer chaque détail, du sol au plafond, en passant par le mobilier, dans une immersion à 360° étonnamment réaliste, accompagné par les commentaires du narrateur".

    De nombreuses autres expériences peuvent être vécues virtuellement, ce que rassemble le site ADN Innovation avec une sélection de 10 grands sites de par le monde que tout un chacun a envie de visiter : le Taj Mahal en Inde, les temples de Bagan en Birmanie, le Museum of Modern Art (MOMA) de New York...

    Enfin, parlons de ces magnifiques expositions proposées par l'Atelier des Lumières à Paris, ou les Bassins de Lumières à Bordeaux qui projettent des oeuvres d'art sur une grande échelle rendant l'expérience saisissante, notamment celle en cours sur Gustav Klimt.

    Jean-Philippe Accart

    Illustration : site Naples-Campanie

  • Un nouveau mot à votre vocabulaire : "l'infodémie"

    Imprimer

    infodémie.jpgEn juin dernier, sur ce même blog, je vous parlais des nouveaux mots 2020 de la langue française. Mais la langue française est bien vivante, comme on le sait, et à peine la pandémie qui nous atteint arrivée, c'est l'OMS qui s'est chargée, devant l'afflux d'informations engendré, de créer un nouveau mot : l'infodémie, soit l'information en temps de pandémie...

    L'infodémie est pléthorique et envahit notre quotidien, tant et si bien qu'il est difficile de savoir qui croire. Tout (et son contraire) est affirmé par tel ou tel expert (ou soi-disant expert), et il devient difficile, voir impossible, de se faire une opinion juste des événements actuels. Cela crée un malaise, une incertitude, voire une angoisse.

    Ce phénomène d'infodémie n'est pas récent. Il correspond à une "info-obésité" créée par Internet, puis par les réseaux sociaux, et enfin par les smartphones, avec une information qui arrive en temps réel et de manière continue. Le site Siècle Digital annonce que moins d'un Français sur 4 a confiance dans les médias. Et que Facebook est leur première source d'information. Je vous laisse juge d'intégrer ou non cette information...

    Jean-Philippe Accart

    Voir le blog de l'OMS sur l'infodémie

    Ill. extraite du site lacroix.com

     

     

     

     

  • Le smartphone, cet objet qui nous définit si bien

    Imprimer

    smart.pngLe smartphone est un objet essentiel du quotidien, utilisé par des milliards de personnes de par le monde, et sa fin ne semble guère proche. Même si la technologie avance vite, on ne voit pas pour l'instant par quoi il pourrait être remplacé : les lunettes connectées ne sont plus à la mode, il n'y a plus guère que la puce électronique implantée sous la peau qui aurait un avenir. A voir...

    Nicolas Nova dans son dernier livre paru chez MetisPresses (qui est aussi téléchargeable gratuitement) nous livre un brillant essai de presque 400 pages sur l'utilisation de cet objet qui nous définit si bien : pour lui, l'utilisation continuelle du smartphone n'est pas tant une addiction qu'un acte compulsif, où nous serions à la recherche sans fin de nouveautés. Les notifications que nous recevons de manière constante (un nouveau message, un Like, un Whatsapp...) sont autant de manières d'attirer - et de détourner - notre attention. Si le déficit d'attention est bien étudié chez l'enfant ou l'adolescent (on parle du "syndrome du poisson rouge" qui ne dépasse pas huit secondes d'attention par information reçue), celui de l'adulte reste encore un champ d'exploration.

    L'auteur est professeur à la HEAD, il est aussi fondateur d'une agence de prospective. Son livre s'appuie sur une étude de terrain sur trois continents (à Genève, Tokyo et Los Angeles) et il étudie le smartphone sous l'angle de plusieurs facettes à découvrir...dans son livre.

    Jean-Philippe Accart

  • Les mots 2021 de la langue française

    Imprimer

    rober2021.pngLes dictionnaires ont beau être d'anciennes institutions littéraires, elles intègrent cependant les nouveaux termes qui rentrent chaque année dans la langue française, par le biais du langage parlé ou de la presse ou de l'édition. C'est en réalité un reflet de l'époque. 

    On ne sera donc pas très étonné de voir apparaitre dans l'édition 2021 du Petit Robert, des termes tels que Covid, téléconsultation ou déconfinement... Quand au Larousse 2021( soit plus de 70 000 définitions), ce ne sont pas moins de 150 nouveaux mots qui sont intégrés : féminicide, Black Blocks, dégagisme sont parmi les plus frappants.

    Avec le numérique, ces dictionnaires ont bien tiré leur épingle du jeu, même s'ils conservent des éditions papier : on les retrouve bien entendu en ligne pour le Robert  (soit plus de 40 produits en ligne) ou le Larousse.

    Qui a dit que les dictionnaires étaient morts ?

    Jean-Philippe Accart

  • Lisez maintenant...!

    Imprimer

    imagepapierebook.jpgEn ces temps incertains, d'enfermement, tout d'un coup une faim de musique, de spectacle, de film s'empare de tout un chacun. Et on peut vraiment l'assouvir sans trop de peine, vu les multiples diffusions télévisuelles ou sur les réseaux sociaux : beaucoup d'artistes y vont de leur chanson en live, voire d'un mini-spectacle en ligne, d'un concert improvisé...

    Mais quid de la lecture ? Les librairies sont fermées, on peut bien sûr commander des livres papier en ligne, de préférence à des libraires indépendants... et en Suisse, à Genève, ils sont nombreux à le proposer (Voir ce site). Mais pour ceux qui n'ont guère l'envie ou les moyens financiers, il existe d'autres possibilités, notamment le prêt numérique de livres (par des bibliothèques) ou le téléchargement gratuit de livres (oui c'est possible !): Bibliomedia a ainsi lancé la plateforme e-bibliomedia et si vous êtes inscrit dans une bibliothèque publique, vous pouvez bénéficier du prêt numérique (le livre est mis à disposition en ligne pendant une certaine période). Autre possibilité, le livre numérique à télécharger gratuitement sur votre ordinateur : le site Outilstice donne la liste complète des sites où c'est rendu possible pendant cette période à la maison. Alors, plus d'excuses pour ne pas lire...

    Jean-Philippe Accart

    Illustration extraite du site Librinova

    Autre billet sur ce blog avec : Le livre en streaming

  • La Bibliothèque nationale suisse a 125 ans !

    Imprimer

    BN.jpgComparée à ses homologues, la Bibliothèque nationale suisse est toute jeune, et qu'est-ce que 125 ans quand le mandat qui lui est fixé l'est pour l'éternité ! Son mandat est légal, elle doit collecter tous les documents (manuscrits, images, photos, affiches, presse suisse...) qui concernent la Suisse. La traduction en slovène ou en hindi d'un romancier suisse arrive systématiquement à la BN à Berne par le réseau diplomatique ou d'autres réseaux (il n'existe pas de dépôt légal national en Suisse, mais des dépôts cantonaux). Plus de 5 millions de documents sont ainsi stockés dans deux magasins ultra-modernes en sous-sol et décrits dans son catalogue en ligne Helveticat. Les projets de numérisation sont nombreux notamment celui de la presse suisse accessible maintenant en ligne.

    Le bâtiment de la BN construit en 1930 est protégé, il s'inspire de l'école du Bauhaus, avec des lignes très épurées. Restaurée et informatisée dans les années 2000, la BN est un bel outil ouvert à tous-tes, avec une clientèle d'étudiants, d'enseignants, d'historiens. La littérature suisse est mise à l'honneur avec les Archives littéraires suisses, et le magnifique fonds des affiches et des peintures au travers du Cabinet des estampes.

    La BN c'est aussi la Phonothèque nationale à Lugano pour la musique et le son, le Centre Dürrenmatt à Neuchâtel.

    Jean-Philippe Accart

    Une vidéo vous permet de visiter la BN

    Ill. : La Poste suisse a émis un timbre pour célébrer les 125 ans de la BN

  • Sauver des livres et des manuscrits sous Daech

    Imprimer

    najeeb.jpgC'est l'objectif que s'était fixé le Père Michaeel Najeeb, et qu'il a réussi bien souvent au péril de sa vie. Le parcours de cet amoureux des livres et d'écrits anciens est passionnant : âgé de 64 ans, natif de Mossoul, Michaeel Najeeb a d’abord été ingénieur pétrolier, avant de devenir prêtre.

    En 2014, il suspend sa thèse de doctorat à Fribourg sur les livres saints yézidis lorsque Daech conquiert sa région natale. Il ne peut pas résister et rentre dans son pays.

    Au cours d’une véritable épopée qu'il raconte dans un livre en 2017 *, il va sauver des centaines de manuscrits que les djihadistes ont juré de réduire en flamme, comme ils ont détruit Palmyre ou saccagé le tombeau de Jonas. Le dominicain nettoie, restaure et protège ces textes sacrés. Quand il commence à écrire son livre, Mossoul est déjà prise par l’EI. L’auteur quitte alors Mossoul pour la ville de Qaraqoch, en emportant avec lui ces nombreux écrits très anciens. En décembre 2018, il est ordonné archevêque de Mossoul par le pape François. 

    Il parle ainsi de son travail de restaurateur : "Je travaille dans un petit atelier à restaurer, préserver, numériser des manuscrits. Chaque jour, je découvre des textes anciens qui méritent d’être publiés, en araméen, en arménien, en arabe ou en syriaque. Restaurés, je les publie souvent sur le site vHMML. J’ai une dizaine de collaborateurs. On vit avec des aides provisoires de l’ordre dominicain et aussi des bénédictins du Minnesota ou de l’Unesco".

    Jean-Philippe Accart

    * Sauver des livres et des hommes, Paris, Grasset, 2017

  • La presse numérisée en Suisse : une opération d'envergure de la Bibliothèque nationale

    Imprimer

    A l'heure où des titres de presse disparaissent ou laissent la place à la presse en ligne, la Bibliothèque nationale suisse a lancé depuis une dizaine d'années une opération d'envergure de numérisation de la presse suisse. Dorénavant, ce sont 115 titres soit plus de 4 millions de pages et 36 millions d'articles de presse qui sont sauvegardés pour - on ose le croire - l'éternité.

    Ce travail a pu être réalisé dans le temps avec plusieurs partenaires, les titres de presse eux-mêmes (tel Le Temps) ou des institutions (La Médiathèque Valais). On peut consulter le site créé à cet effet : www.e-newspaperarchives.ch. Une carte de la Suisse permet de visualiser l'étendue de la collection.

    Lire la suite

  • Votre journal a 140 ans !

    Imprimer

    topelement.jpgLe saviez-vous ? La Tribune de Genève fête ses 140 ans cette année : autant dire que par les temps qui courent, c'est un exploit et c'est bien sûr grâce à ses lecteurs et ses journalistes. Souhaitons-lui encore 140 ans d'existence !

    La Bibliothèque de Genève, bibliothèque patrimoniale, a numérisé la TdG de 1879 à 1920, en attendant l'entier de la collection. Une autre bibliothèque, la Bibliothèque nationale suisse, a entrepris un vaste projet de numérisation de la presse suisse, travail titanesque (87 journaux numérisés) que l'on peut retrouver sur le site e-newspaperarchives

    La Tribune de Genève est donc un des plus anciens quotidiens suisses encore publié, et vous retrouverez régulièrement dans ces colonnes les événements qui ont jalonnés l'histoire de Genève, et bien sûr l'histoire mondiale.

    En illustration, la première une du 1er février 1879, un régal !

    Jean-Philippe Accart

     

     

     

  • Etes-vous "Brut" ?

    Imprimer

    brut.pngLa question est peut-être brut...ale, mais si vous avez plus de 35 ans, n'êtes pas sur les réseaux sociaux, vous avez peu de chance d'en avoir entendu parler. Il s'agit en réalité d'un nouveau support d'information - un nouveau média - créé par des journalistes télé (parmi lesquels d'anciens de Canal+) qui est 100% vidéo et 100% réseaux sociaux (donc pas de papier, pas d'édition numérique). Concrètement cela donne quoi ? L'information - quelle qu'elle soit - est traitée dans une vidéo très courte de quelques minutes et traite indifféremment de politique, d'une catastrophe, d'une guerre ou de la vie d'une star de l'écran.

    La rédaction de Brut est entre Paris et New York, il y a maintenant un Brut America, un Brut India, un Brut UK, un Brut Mexico. Au quotidien, une vingtaine de vidéos sont réalisées et diffusées sur Facebook, Youtube, Instagram, Twitter, Snapchat... Brut se rémunère en produisant des films publicitaires.

    L'époque de l'instantanéité, du tout tout de suite, du format court est donc à son apogée : on peut le regretter et préférer la lenteur, la lecture d'un journal papier ou l'écoute du Journal télévisé de Darius Rochebin... On peut aussi poser la question de la prise de recul par rapport à un événement filmé en direct, et du métier de journaliste lui-même. Il n'en reste pas moins que Brut existe bel et bien, et rencontre un certain succès.

    Jean-Philippe Accart

  • Du voyage en ballon au drone : la Suisse vue du ciel

    Imprimer

    Lagginhorn_Eduard_Spelterini.jpgLa Bibliothèque nationale suisse (BN) à Berne possède des collections variées et sur tous types de supports concernant la Suisse (son mandat étant de collecter tout ce qui concerne la Suisse, même ce qui est publié sur la Suisse à l'étranger) : livres, journaux, revues, sites web, cartes et atlas, écrits académiques et de sociétés, publications officielles et documents musicaux.

    Ce qui nous occupe aujourd'hui sont ses collections photographiques que la BN met en valeur au travers d'expositions. "Vu du ciel" ("Von Oben"), la dernière en date visible jusqu'au 28 juin prochain, permet de mettre en valeur les travaux d'Eduard Spelterini, alias Eduard Schweizer (1852-1931) qui fut un des plus célèbres pionniers de la photographie aérienne au monde. 

    Pour raconter l’histoire de la photographie aérienne en Suisse, l’exposition prend comme point de départ les clichés d’Eduard Spelterini, des images conservées par le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale suisse. Puis viennent les photos faites par avion, par satellite et enfin par des drones. Une exposition virtuelle permet de mieux s'en rendre compte. Des visites sont organisées sur place

    Jean-Philippe Accart

    Illustration : photographie du Lagginhorn par Eduard Spelterini

  • Difficile d'effacer ses traces sur Internet

    Imprimer

    458059_3449772199142_901571561_o.jpgDes enquêtes récentes le démontrent (voir en note) : la plus petite démarche sur Internet depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone engendre des traces qu'il n'est pratiquement plus possible de supprimer. Il est possible maintenant de bloquer les publicités intempestives qui nous arrivent grâce à des  bloqueurs de publicité ou de script (des extensions comme Ghostery, Privacy Badger ou NoScript). Mais pour le reste, nos traces apparaissent comme indélébiles : les polices de caractères spécifiques et les émojis laissent d'importantes traces. Grâce aux emojis qui indiquent une appréciation (ou l'inverse) d'une nouvelle, d'une photo ou autres, les fournisseurs d'information type Google ou Facebook récoltent ainsi de précieuses informations sur ce qui va constituer le profil d'un individu et pourra être analysé  par l'intelligence artificielle (IA). Les contacts pris, les données géographiques qui nous localisent sont d'autres indices précieux. 

    On peut cependant se servir de ce qui est récolté sur nous, mais ce sera l'objet d'un autre billet de blog...

    Jean-Philippe Accart

    Plus d'informations sur le site Thot Cursus

  • 200 ans de littérature pour enfants et jeunes adultes : 6 000 ouvrages numérisés

    Imprimer

    Au travers de la numérisation de 6 000 ouvrages pour jeunes adultes sur une période de 200 ans (principalement de livres en anglais), nous pouvons apprendre beaucoup. Plusieurs genres ont prospéré : l’instruction religieuse, mais aussi des livres de langue et d’orthographe, des contes de fées, des codes de conduite, et, surtout, des livres d'aventure comme ceux de Jules Verne. Ces livres offrent une vue (très colonialiste) du vaste monde. Ils sont souvent publiés en série dans les journaux à partir des années 1890, et mêlent fiction, voyage, histoire naturelle et sciences.

    Mais d'autres genres prospèrent qui rencontrent un grand succès : la poésie avec Elfin Rhymes de Norman ou le fantastique avec le Magicien d'Oz de Frank L. Baum et le non moins célèbre Peter Pan de J. M. Barrie. Ils préfigurent la série des Harry Potter et bien d'autres encore.

    L'étude des 200 prochaines années de ce type de littérature sera certainement tout aussi passionnante.

    Jean-Philippe Accart

    Pour en savoir plus, suivre ce lien

  • Le livre a-t-il un avenir... numérique ?

    Imprimer

    biblio_numerique_image-1269530748.jpgIl y a une dizaine d'années, la mort du livre papier est annoncée au profit du livre numérique : les liseuses rencontrent le succès et Google se lance dans la numérisation de livres à grande échelle. Les différents intermédiaires de la chaîne du livre (éditeurs, libraires, bibliothécaires notamment) n'ont plus qu'à chercher un autre emploi.

    En 2018, rien de ce qui était annoncé n'a eu lieu, ou en tous les cas, pas avec l'ampleur prévue. Si le livre numérique (e-book) prend une certaine part de marché, le livre physique en conserve une très large majorité (95 %, en volume comme en chiffre d’affaires selon une étude GfK pour l'édition francophone). C'est ce que constate également les principaux éditeurs américains tels Macmillan, Simon & Schuster ou Penguin Random House. Amazon ouvre même des librairies aux Etats-Unis. De nouvelles librairies privées s'ouvrent à Paris ou en province. Les bibliothèques n'ont pas fermé leurs portes, de nouvelles sont construites de par le monde.

    A quoi cela est-il dû ? De nombreuses raisons peuvent être avancées, mais d'après Anne Mangen, chercheuse au Centre sur la lecture de l'université de Stavanger en Norvège, qui a réalisé plusieurs enquêtes comparatives entre lecture sur papier et lecture sur liseuses, "la lecture sur papier est plus empathique, et permet une meilleure immersion dans la narration". De plus "les étudiants qui lisent des textes imprimés obtiennent de meilleurs résultats".

    Jean-Philippe Accart

    voir aussi l'article paru dans Le Monde du 28 septembre 2018 : "Gutenberg vit encore"

    illustration extraite du site "Du temps pour le livre numérique"

  • Le nouveau portail "Mon Manuel Scolaire Numérique"

    Imprimer

    ban3.pngUne quasi vingtaine d'éditeurs scolaires français lance un nouveau portail : "Mon Manuel Scolaire Numérique". Mais attention: les livres proposés ne sont pas gratuits, la plateforme redirigeant les intéressés vers l'éditeur du livre concerné. Cependant, les prix restent assez modiques dans l'ensemble. L'avantage est de voir regroupés un ensemble de manuels scolaires, et de pouvoir les télécharger sur une tablette ou un ordinateur par exemple. Du primaire au lycée, ceux-ci sont disponibles dans toutes les matières et pour tous les niveaux, même en vacances...

    Le Manuel Scolaire Numérique propose de nombreuses ressources supplémentaires (vidéos, sons, animations) et des fonctionnalités interactives, rendant ainsi la navigation plus ludique. Les éditeurs ont souhaité une ergonomie accentuée pour ce site facilitant l'appropriation par des enfants en situation de handicap par exemple (zoom ou écoute de textes sont ainsi rendus plus aisés). 

    Reste maintenant à savoir si les enfants vont s'approprier ce site, et notamment la lecture de manuels sur un écran...

    Jean-Philippe Accart

    Illustration extraite du site Mon Manuel Scolaire Numérique

     

  • Le harcèlement des enfants et ados en ligne : un guide de prévention

    Imprimer

    bullying-cyber.jpgOn n'est jamais trop prudent pour protéger ses enfants ou ados face au harcèlement en ligne. C'est un réel danger auquel les parents ne savent comment répondre ou quels sont les moyens à leur disposition. Le harcèlement en ligne peut prendre différentes formes et sur différents médias : régulièrement, la presse se fait l'écho soit de harcèlement entre enfants ou ados eux-mêmes sur Facebook par exemple (cela peut conduire au cas extrême du suicide ou à la dépression) ou également de harcèlement sexuel par des prédateurs plus âgés qui ciblent les plus jeunes en masquant leur identité réelle.

    Si Internet et les réseaux sociaux amènent de nombreux bienfaits, notamment l'accès à l'information et à une certaine forme de culture, ils conduisent aussi à de nombreux débordements. Il existe des guides de prévention, et on ne saurait trop conseiller de les consulter. Un des derniers parus est le Guide complet sur le harcèlement en ligne destiné aux parents élaboré par Chase Williams en juin dernier, avec de nombreux conseils très utiles et très précieux.

    Jean-Philippe Accart

    Ill. extraite de ce site

  • Votre temps est précieux, c’est le patron d’Apple qui le dit…

    Imprimer

    Comment-limiter-temps-passe-devant-ecranles-enfants_0_730_486.jpg« Je me suis rendu compte que j’y passais plus de temps que je ne le devrais » : cette phrase est de Tim Cook, patron d’Apple, à propos des smartphones et des réseaux sociaux, lors d’une interview sur CNN. Ainsi, même les concepteurs de ces outils technologiques indispensables à la vie quotidienne se rendent compte qu’ils ont créé des produits addictifs pour l’ensemble de la société, et qui engendrent des effets nocifs, notamment l’addiction aux écrans par les enfants ou un niveau d’attention qui baissent chez les adultes ou les adolescents connectés (cela est constaté pour ces derniers dans les écoles durant les cours ou dans les universités pour les plus âgés)… La plupart des patrons de la Silicone Valley en Californie où sont élaborées les technologies de demain, placent leurs propres enfants dans des écoles où les smartphones sont interdits…

    Facebook, Apple, Google mettent en place des moyens pour que le temps passé soit contrôlé et limité par leurs utilisateurs de manière quotidienne. Il est en effet difficile de dire quelle consommation en temps est faite par chaque utilisateur, mais celle-ci est certainement  de plus en plus grande avec plusieurs heures par jour de connexion.

    Certaines études récentes (voir Le Monde Science & Médecine du 13 juin 2018) évoquent même une chute de l’intelligence, avec une régression du quotient intellectuel chez les jeunes générations, dues cependant à un ensemble de facteurs (l'environnement général, la nourriture...) et pas à un seul : cela reste encore à confirmer.

    Jean-Philippe Accart

    Crédit photo goodluz - Fotolia

  • La vie sur abonnement ou comment nous rendre captifs

    Imprimer

    prime.jpgPetit à petit, la vie quotidienne s'organise en fonction de personnes ou de machines qui pensent pour nous : même sans le savoir, nous sommes abonnés au travers de nos emails à un grand nombre de sites qui proposent des marchandises, des mises à jour logicielles obligatoires, des produits et auxquels il est parfois difficile de nous... désabonner. C'était le thème de l'émission Medialog de la RTS du samedi 7 avril : les exemples donnés sont édifiants et nous font mieux comprendre notre dépendance de plus en plus grande à des sociétés telles que Microsoft, Spotify ou Amazon (qui arrive bientôt en Suisse avec son abonnement Prime). L'exemple du streaming (en s'abonnant pour quelques euros par mois à un site fournisseur de musique) est particulièrement révélateur et fait que nous ne possédons pas ce que nous écoutons sur abonnement. La bonne vieille collection de disques ou de CDs n'est-elle qu'un souvenir, même si les disques vinyl reprennent du poil de la bête ?

    Tout se loue actuellement, du bien matériel à la culture (de plus en plus de livres sont accessibles en streaming également). Les abonnements à des sites nous sollicitent constamment et conditionnent une manière de vivre de plus en plus orientée par un nouveau modèle économique qui vise à nous rendre captifs.

    Jean-Philippe Accart

     

  • 1000 ans d'histoire des villes européennes numérisés

    Imprimer

    venice.jpgFrédéric Kaplan, directeur du laboratoire Humanités numériques * à l'EPFL (le Digital Humanities Lab - DHLAB), a lancé il y a quelques annés l'idée qu'il était possible d'explorer le passé de Venise en numérisant 1000 années des archives de la ville. C'est le projet Venice Time Machine, sorte de machine à remonter le temps, thème qui a fait les beaux jours de la littérature de science fiction. Mais ce projet est bien réel, c'est à la fois un travail d'historien, d'archiviste et de chercheur.

    Une autre dimension du projet, européenne celle-là, voit le jour : il est candidat pour devenir un "superprojet" financé par l'UE à hauteur d'un milliard d'euros sur 10 ans. Cela permettrait la mise en place d'une infrastructure capable de numériser, cartographier et classer des millions de documents pour l'instant sur support papier. Des logiciels pourront décrypter des écritures anciennes ou manuscrites. Un moteur de recherche permettra de rechercher dans cette masse d'information (il devrait être prêt en juin selon F. Kaplan). Amsterdam, Dresde, Paris, Naples, Budapest souhaitent leur Time Machine.

    Bel exemple de croisement entre histoire, sciences et technologies.

    Jean-Philippe Accart

    * "Humanités numériques" dans le sens où les sciences humaines sont alliées à la technologie numérique

    Voir l'article de Wikipedia sur la Venice Time Machine et l'article du Monde du 6 mars 2018 sur ce sujet

    Illustration extraite de YouTube

  • Le 4è, un nouvel espace numérique à Genève

    Imprimer

    untitled.pngLes bibliothèques municipales de le Ville de Genève viennent d'annoncer l'ouverture de l'Espace Le 4è à la Bibliothèque de la Cité. Une expérience semblable (mais moins développée dans l'offre) avait eu lieu lors de travaux entrepris dans cette même bibliothèque il y a quelques années.
     
    Ce nouvel espace prometteur sera entièrement dédié au numérique et aux nouvelles technologies, mais il se veut également un lieu de réflexion, de découverte et d'apprentissage autour des nouvelles pratiques numériques. Enfin, devrait-on dire...
     
    L'aspect bibliothèque et accès aux ressources n'est pas oublié avec l'offre de milliers de journaux et de magazines en ligne, de jeux vidéo (on pourra les emprunter), l'apprentissage de la vie numérique soit d'un point de vue technique (apprendre à utiliser sa liseuse), soit afin de mieux protéger sa vie privée sur les réseaux sociaux. On pourra aussi programmer un robot, trouver de l’information fiable sur internet, faire des démarches administratives en ligne, rédiger un article sur Wikipédia ou encore créer une BD numérique.
     
    Evidemment, on ne peut que se féliciter d'une telle réalisation en ville de Genève.  

    Journée portes ouvertes le samedi 10 mars 2018 de 10h00 à 18h00
     
    Jean-Philippe Accart